Top 14: après la crise, le Racing se concentre sur le rugby

le
0

par Mathieu Baratas

ANTONY, Hauts-de-Seine (Reuters) - Secoué par une crise interne et des défaites traumatisantes, le Racing-Métro veut retrouver le fil de sa saison et de ses ambitions dans le Top 14 sur la pelouse de Lyon samedi.

Le Racing vit une période compliquée aussi bien sur le terrain - trois défaites et un nul lors des quatre dernières journées - qu'en dehors.

Une trentaine de joueurs ont rencontré le président du club, Jacky Lorenzetti, la semaine dernière pour exposer leurs doléances et lui demander, entre autres, des changements dans l'encadrement.

Jacky Lorenzetti a confirmé mercredi Pierre Berbizier à la tête de l'équipe, tout en annonçant la démission de son frère, Philippe, remplacé au poste d'entraîneur des avants par Didier Retière.

Cette réorganisation de l'encadrement s'ajoute aux départs, mal vécus par l'effectif, de l'entraîneur-adjoint Simon Mannix, au club depuis cinq ans, remplacé en novembre par l'Argentin Gonzalo Quesada et du troisième ligne Sébastien Chabal, au début du mois, après une vive altercation avec Pierre Berbizier.

Dans cette ambiance particulière, les Ciel et Blanc, septièmes du Top 14 à trois points de la sixième place, se préparent à un déplacement crucial dans la course aux play-offs.

Comment Berbizier compte-t-il remobiliser ses joueurs ? "En recentrant les énergies sur le terrain", répond-il.

"Malheureusement, le contexte a pris le dessus et nous fait dépenser beaucoup d'énergie. Il nous a peut-être ôté ce supplément d'âme qui fait la différence dans des matches serrés", déplore l'entraîneur.

"L'objectif est de se recentrer sur ce terrain et de rappeler que c'est cela l'essentiel. On s'est peut-être perdu autour du terrain. A nous de nous retrouver", exhorte-t-il.

"TOURNER LA PAGE"

Ce dernier changement dans le staff, voulu par les joueurs, doit provoquer une remobilisation sur le terrain et responsabiliser tout le monde, de l'encadrement aux joueurs.

"Il faut qu'on gagne très clairement. C'est un match à l'extérieur qui ne sera pas facile. On n'a pas besoin de se mettre de pression. Les évènements sont là. On y va, j'espère, ragaillardis et sereins", dit Jacky Lorenzetti.

"On tourne la page de la crise ou du mouvement initié par quelques minoritaires. Il n'y aura pas de chasse aux sorcières. J'espère que mon staff ne sera pas trop déstabilisé et découragé. J'incite Pierre à être ferme à la barre et à tenir les troupes", ajoute-t-il.

L'accumulation de défaites - 11 en 23 rencontres - en particulier à domicile, trois en Top 14 et trois en Coupe d'Europe, a fragilisé la confiance des Franciliens édifiée lors des deux saisons précédentes.

"On va essayer de se qualifier et d'être dans les six premiers. On sait qu'on a besoin d'être humble pour se dire que ce ne sera pas facile d'aller chercher la première et la deuxième place comme le troisième et la quatrième. Je pense que la sixième place va se jouer entre le Stade Français et nous", prédit Jacky Lorenzetti.

Les prochains matches, à Lyon puis les réceptions de Bayonne et Bordeaux Bègles, diront si le Racing a de nouveau la tête au rugby.

Edité par Pascal Liétout et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant