Top 10 : Présidents italiens cultes

le
0
Top 10 : Présidents italiens cultes
Top 10 : Présidents italiens cultes

Massimo Ferrero a fait une entrée remarquée dans le monde du football, faisant honneur à la tradition des présidents de clubs italiens haut en couleurs. Il a ainsi rejoint une bande de joyeux lurons dignes héritiers de leurs prédécesseurs.

Luciano Gaucci Perugia

Le champion des années 2000, propriétaire de la Viterbese, la Sambenedettese, Catania et surtout Perugia. Une trogne sortie tout droit d'une bande dessinée en contraste avec des manières de petit précieux. Carolina Morace entraîneuse c'est lui, Khadafi Junior joueur c'est lui, le Sud-Coréen Ahn Jung-hwan viré le lendemain du Mondial 2002, c'est encore lui. En cavale de 2004 à 2009 suite à la faillite du Grifo et réfugié à Saint-Domingue, il a fait son retour au pays en 2009. Sa meilleure prestation ? Une dispute avec son collègue Vincenzo Matarrese de Bari et un joli "Fijo de "na mignotta" ?" en dialecte romain, que l'on n'a pas besoin de vous traduire.

Maurizio Zamparini Palermo

"Je leur couperais tous les testicules pour les manger en salade." On tient peut-être là la punchline du siècle, digne des plus grands Tarantino. Le Zamp' est la grande gueule de Palerme depuis 2002, une liste infinie d'entraîneurs virés, rappelés et de nouveau virés. La même avec Venise les 15 années précédentes. 44 coachs en 25 ans de football. Iachini tient miraculeusement depuis septembre 2013. Il vomit sur le football italien depuis toujours, mais continue d'en faire volontiers partie. Une déclaration de Guidolin le résume très bien : "C'est le meilleur président du mardi au dimanche." Ben oui, lundi, c'est traditionnellement jour de licenciement.
Massimo Cellino Cagliari

Un règne de 22 ans entre la...









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant