Top 10 : Mon frère, ce coéquipier

le
0
Top 10 : Mon frère, ce coéquipier
Top 10 : Mon frère, ce coéquipier

Ça n'est plus qu'une question d'heures : Siem de Jong va porter les couleurs du PSV, essayer de retrouver son football et, accessoirement, partager le vestiaire avec son frangin Luuk. S'il s'agit bien d'une première dans leurs carrières respectives, nombreux sont les cas de joueurs partageant géniteurs et club l'espace d'un match, d'une saison, d'une carrière.


John et Archie Goodall (Preston Northe End, Derby County)


D'aussi loin que les livres de football s'en souviennent, John et Archie Goodall sont les premiers frangins à avoir joué dans la même équipe. A Preston North End, d'abord, lors de la saison 1887-1888, puis à Derby County entre 1889 et 1900. En équipe nationale, en revanche, ça sera une autre histoire : nés de parents écossais, les deux joueurs feront valoir le droit du sol. Westminster en Angleterre pour John, Belfast (encore) en Irlande pour Archie. Et restent à jamais les premiers frères à porter le maillot de deux sélections différentes. La famille Boateng peut donc aller se rhabiller. Enfin, surtout Kevin-Prince.



Ottmar et Fritz Walter (1. FC Kaiserslautern)


Avant les frères Förster du VfB Stuttgart dans les annés 80, il y a eu les frères Walter dans les années 40-50. Ensemble, ils partagerons l'attaque du 1. FC Kaiserslautern pendant onze ans, remportant au passage deux titres de champion d'Allemagne en 1951 et 1953. Dans la foulée, les deux frères traversent la frontière pour aller jouer le Mondial 1954 en Suisse. En finale, ils affrontent – et battent – la Hongrie de Puskas, Kocsis et Boszik dans ce que la presse appella à l'époque le "Miracle de Berne". Un miracle bien aidé par quelques produits dopants à la mi-temps comme le déclarera le kiné de la sélection allemande Franz Loogen cinquante ans plus tard. Il n'empêche, Ottmar et Fritz Walter demeurent les premiers frères à avoir remporté une Coupe du Monde. Mais le destin aurait pu être tout autre : à la fin de la guerre, l'armée soviétique voulait envoyer au goulag un Fritz Walter fait prisonnier depuis plusieurs années dans un camp de Marmatie. La légende veut que ce dernier évita la sanction – et probablement la mort – grâce à un... soldat hongrois qui l'avait vu jouer en équipe d'Allemagne avant-guerre. Karma is a bitch.


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant