Top 10 : Lost, les footballeurs disparus

le
0

Ce dimanche 30 août 2015, c'est la journée mondiale des personnes portées disparues. Cela méritait bien un top ten de ces ex-pensionnaires de L1, qui ne s'attendaient pas à pareille suite pour leur carrière, de l'Indonésie à la Finlande en passant par la Corée du Sud

  • Maxime Partouche


    L'espoir a connu la ferveur du Parc des Princes un soir de Coupe UEFA, en février 2009. Maxime Partouche, 18 ans, remplace alors Peguy Luyindula, et le PSG l'emporte 2-0 grâce à un doublé d'Hoarau. Un an plus tôt, le jeune Maxime fait ses débuts en pro contre Bastia : à la fin du match, impressionné par la fougue du gamin, le Parc scande son nom. Le public rouge et bleu croit tenir un nouveau prodige. Pourtant, les débuts prometteurs du natif de Vélizy-Villacoublay (Yvelines) resteront sans lendemain. Bien loin du "vaisseau" de la porte de Saint-Cloud, le milieu de terrain, 25 ans, évolue désormais dans l'antre de Moirans-en-Montagne, au cœur du Jura. De Paris à Jura-Sud, en CFA, la trajectoire paraît rude ; avec Créteil, Panionios et Versailles en guise de sas de décompression. "Ça fait du bien d'être entouré de montagnes, de respirer l'air frais, positive Partouche. C'est le retour au calme, au travail dans la sérénité." En attendant de retrouver un jour son club formateur avec un tirage heureux en Coupe de France.

  • Issam Jemâa


    "Gardien, si t'es sympa, laisse marquer, laisse marquer ! Gardien, si t'es sympa, laisse marquer Issam Jemâa !" C'est une reprise, certes. Mais faire l'objet d'une parodie d'un chant qui concernait déjà le Bordelais Fahid Ben Khalfallah, ça vous situe la réputation d'un homme. Après Brest de janvier à juin 2013, le Tunisien file pour 1,5 million au Koweït, puis à Doha, à Al-Sailiya. Avant ? Il y avait eu Caen, Auxerre et surtout Lens, où sa rixe avec Yohan Demont - qui s'était fracturé les phalanges en frappant contre un mur de La Gaillette - est restée célèbre. Assez en tout cas pour que le bon Issam soit autorisé à s'entraîner avec la CFA lensoise cet été. Un type sympa qui tente beaucoup sans jamais conclure, toujours le bienvenu sur un territoire d'où la plupart de ses anciens coéquipiers sont partis, et propriétaire d'un bon pactole après un départ à l'étranger : Hurley, dans Lost.











  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant