Top 10 : Les Kevin du foot

le
0
Top 10 : Les Kevin du foot
Top 10 : Les Kevin du foot

Un Kevin n'a pas le droit d'être un intellectuel, regrettait l'auteur du roman La Malédiction des Kevin. Dans les dîners mondains, porter le prénom - apparu en Irlande au début du XXe siècle, démocratisé aux États-Unis dans les années 70 et à la mode en France vingt ans plus tard - le plus beauf de notre ère n'est pas chose aisée. Alors, à défaut de se faire moquer sur les bancs des grandes écoles, certains ont choisi la voie du foot. Cela méritait bien un top ten. Surtout le jour de la saint-Kevin. Allez Kéké, bonne fête !

  • Kevin-Prince-Boateng

    Pendant que son grand frère disputait les demi-finales de la Champions, Kevin-Prince trouvait le moyen de se faire virer de Schalke 04. La faute à une défaite face au FC Cologne qui a mis en rogne le directeur sportif, Horst Heldt. Pas de soucis pour le Ghanéen, il sait garder la forme. L'homme pratique intensément le sport en chambre. La preuve, selon sa douce, la présentatrice et mannequin italienne, Melissa Satta : "Nous faisons l'amour entre sept et dix fois par semaine ", confiait-elle en 2012 entre deux pirouettes avec KPB. Contrairement à son frangin, celui qui glisse tout seul, le Prince a une sacrée frappe de poney. Et pas que.

  • Kévin Bru
    Formé à Rennes, le Franco-Mauricien est sans doute l'un des plus grands collectionneurs de maillots de Ligue 2 sur cette planète. Relancé depuis l'été dernier en Angleterre sous les couleurs d'Ipswich Town, le Parisien d'origine n'est pas passé loin de la montée en Premier League. Avant de voyager en Bulgarie et d'atterrir finalement en Championship, le box to box des Tractor Boys porte les couleurs de Châteauroux, Clermont, Dijon, Boulogne et Istres. En janvier 2007, pour son baptême du feu en L1 avec le Stade rennais, Kévin remplace Jimmy Briand lors de Monaco - Rennes et se retrouve en face à face avec Yaya Touré. Une époque où Jimmy était plus coté que Yaya. Une époque où Kévin avait les dreads de Sean Paul.



  • Kevin Mirallas
    Il y a tout juste dix ans, Claude Puel le lançait sur les pelouses de Ligue 1. À 17 ans, Kevin fait son entrée au Stadium Nord de Lille dans les dernières minutes d'un match cadenassé face au Paris Saint-Germain. Trois minutes plus tard, le jeune homme inscrit le but de la victoire (1-0). Deux ans plus tard, le 22 août…









  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant