Top 10 : les déceptions de Paolo Maldini

le
0
Top 10 : les déceptions de Paolo Maldini
Top 10 : les déceptions de Paolo Maldini

Si le légendaire défenseur italien a remporté 26 trophées, il en a également perdu pas mal, précisément 19 entre places de finaliste ou de second soit 57 % de réussite. Parmi ces défaites, beaucoup de scenarii rocambolesques qui en auraient découragé plus d'un, mais pas le beau Paolo.

Retrouvez le classement des 100 meilleurs joueurs français de l'histoire

Les tirs aux buts


Une roulette russe qui lui a souri un soir de Champions League à Manchester en 2003 lui permettant de soulever sa quatrième Champions League personnelle mais pas de compenser son bilan dans cet exercice. De 1990 à 1998, la Nazionale quitte la Coupe du Monde de cette façon et quand elle gagne enfin une séance, c'est pour la finale de 2006, première édition sans son ancien capitaine depuis 16 ans. C'est également aux tirs aux buts que Maldini perdra un Euro Espoirs (contre l'Espagne en 86), une autre Champions League, une Coupe Intercontinentale et même une Supercoupe d'Italie. En ne prenant en compte que les séances auxquelles il a participé et en raclant jusqu'aux premiers tours de Coupe d'Italie, son score est de 4 victoires et 7 défaites.

Les buts en or


Sa durée de vie a été plutôt courte, de 1996 à 2002, suffisant toutefois pour que la Nazionale en subisse deux fois sa loi. La première, c'était lors d'une finale de l'Euro 2000 tragique pour les Italiens, égalisation de Wiltord à 13 secondes du terme et coup de grâce de Trezeguet. Rebelote deux ans plus tard en 8èmes de finale du Mondial, là encore, l'Italie se fait reprendre dans les dernières minutes, puis, Maldini perd le duel aérien contre Ahn Jung-hwan. Ce sera le cruel épilogue d'une carrière en sélection qui aura duré 14 ans et 126 capes, sans ramener le moindre titre.

Le jour où la légende de Paolo Maldini a pris vie

Quelques trophées nationaux en plus


26 trophées parfaitement équilibrées entre ceux nationaux et internationaux. 13 scudetti, coupes ou Supercoupe d'Italie, finalement peu sur 24 saison dont la quasi-totalité au sein d'une des meilleurs formations au monde. A titre de comparaison, Xavi c'est 17 en 17 ans. Aux sept championnats s'ajoutent quatre places de dauphins, la plus difficile à avaler ? Celle de 1990 derrière le Napoli et la défaite sur…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant