Top 10 : Les canards enchainés

le
0
Top 10 : Les canards enchainés
Top 10 : Les canards enchainés

Amoureux transis, certains acteurs du football ont laissé les envies de leur femme dicter leurs choix de carrière. A l'occasion des 100 ans du lancement du Canard Enchainé, retour sur ces hommes attachés par leur créature. Pour le meilleur, parfois, mais généralement pour le pire.

Bernd Schuster


Par principe, le canard a un peu honte de sa condition. Peu enclin à remuer du bec pour avouer qu'il est la chose d'une femme, il se mure dans le silence et exécute. A l'inverse, Bernd Schuster n'a jamais esquivé les remarques concernant l'influence de Gaby, son épouse, dans ses choix de carrière. Agent de l'Allemand, l'impitoyable blonde n'hésite pas à réclamer une augmentation de salaire du Barça pour son bien-aimé, puis à lui faire quitter le Real pour l'Atlético Madrid en 1990, malgré le coup de poignard évident adressé aux supporters de la Maison Blanche. Par amour donc, Bernd se sera plié aux désirs de madame. Une posture toutefois assumée dans une interview datée 1988 et dans laquelle le blondinet déclarait : "Il y en qui disent que dans le mariage, c'est l'homme qui doit porter la culotte. Dans mon cas, c'est plutôt l'inverse mais ça ne me dérange pas, je vis mieux comme ça. ". Ou presque. Lassé de se faire mener à la baguette, Schuster vit désormais avec une fille de 18 ans sa cadette. De canard à vicelard, il n'y a parfois qu'un pas.

David Beckham


Peut-être le plus célèbre des canards. Majestueux footballeur devenu star planétaire, le beau David a laissé sa femme prendre soin de ses choix de carrière, à en croire Sir Alex Ferguson, qui a la dent dure contre l'ancienne Spice Girl : "Il a laissé passé sa chance de devenir un joueur de classe mondiale. Il voulait tout lâcher une nouvelle carrière, un nouveau mode de vie, pour la célébrité. Il n'y avait aucune raison sportive pour lui d'aller aux États-Unis. Il a abandonné le football de haut niveau. Vous ne devriez jamais abandonner la chose dans laquelle vous excellez. " Fashion week > Champions League.

Franck Durix


Débarqué en 1995 à Nagoya dans les valises d'Arsène Wenger, le blase le plus cool du football français refuse d'abord un million de dollars pour rester une saison de plus, pour retrouver sa famille et ses filles. Alors qu'Arsène, désormais à Arsenal, lui demande de le suivre, Franck refuse et s'engage pour le Servette de Genève : "C'était plus simple pour ma femme et mes enfants. Mais j'ai regretté ce choix un peu plus tard, quand ma femme m'a quitté... " Dur.

Reynald Pedros


L'été 1996 est sans aucun doute le plus grand…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant