Top 10 : j'ai fait la Seconde Guerre Mondiale

le
0
Top 10 : j'ai fait la Seconde Guerre Mondiale
Top 10 : j'ai fait la Seconde Guerre Mondiale

Il y a 70 ans, les Alliés tombaient l'hydre nazie. La seconde guerre mondiale se terminait – du moins en Europe- dans les ruines fumantes de Berlin. Et pendant que le drapeau rouge flottait sur le Reichstag et que les Américains faisaient découvrir le chewing-gum aux Françaises, certains footballeurs s'étaient retrouvés, eux-aussi, embrigadés dans la guerre totale. Les plus chanceux ont pu retrouver le ballon rond. Certains...

1 - Antoine Raab Antoine Raab, joueur allemand signé au Stade Rennais, refuse de répondre à son ordre de mobilisation dans l'armée allemande en 1939. Un long périple commence pour lui qui, avec des faux-papiers, lui contraint d'abord à franchir la Réole (Gironde) et de rejoindre Nantes, où il se cache, travaillant pour la résistance locale.
2 - Jaap Van Praag Le futur président de l'Ajax d'Amsterdam du grand Johann Cruyff a dû se cacher durant la seconde Guerre Mondiale afin d'échapper aux persécutions antisémites. Plus chanceux qu'Anne Franck, Japp ne reverra pas en revanche ses parents et sa soeur, qui ne sont jamais revenus d'Auschwitz. Difficile de mieux résumer la spécificité du club hollandais
3 - Vassili Boutoussov Un destin étrange. Le tout jeune Vassili, du club "Ounitas", de Saint-Pétersbourg, émarge déjà dans la sélection impériale russe lors des JO de 1912. Il sert ensuite dans l'Armée rouge durant la guerre civile. Pas très reconnaissante, l'URSS de Staline l'enferme un an pour avoir soi-disant participé à l'un des nombreux complots imaginaires dont le régime avait le secret pour entretenir sa terreur. Pendant " La grande guerre patriotique ", il n'en reprend pas moins les armes pour défendre la " mère patrie " en tant que commandant adjoint (avec le grade d'ingénieur militaire) au 333e bataillon du Génie, sur le front de Leningrad. Il est capturé par les Allemands puis détenu dans un camp de concentration près de Nüremberg. Il sera libéré par les troupes américaines le 25 avril 1945. Un beau et triste résumé de l'histoire de l'URSS finalement.
4 - Fritz Walter Ancien héro de Kaiserslautern, le brave Fritz a dû mettre entre parenthèse sa prometteuse carrière pour répondre aux besoins expansionnistes du Troisième Reich. Et c'est du côté de la Lorraine annexée qu'il vient poser son paquetage de fantassin, trouvant le temps malgré tout de faire quelques piges dans le Thionville FC. Redéployé en Corse, en Sardaigne puis sur l'île d'Elbe, il finira prisonnier de l'Armée rouge, où son statut d'ancienne star du foot lui permettra d'échapper au pire. Moins de dix ans plus tard, il sera un des artisans de la fierté allemande retrouvée, avec la victoire inespérée de la Nationalmannschaft chargée comme une mule, contre le onze d'or hongrois




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant