Top 10 : j'ai conservé ma Coupe d'Europe

le
0

Ce soir, le FC Séville peut conserver sa Ligue Europa. Et, mine de rien, conserver son titre européen en football, c'est tout sauf une habitude. Surtout depuis vingt ans. À vrai dire, seule une dizaine d'équipes ont réussi à conserver leur titre depuis 1956, toutes compétitions confondues. C'est dire à quel point les Andalous sont au pied d'une folie. D'autant qu'ils sont déjà coutumiers du fait.

1 - Real Madrid (1956-1960)


Un exploit sans précédent. Qui restera sans doute unique dans l'histoire de la Coupe d'Europe. Par quatre fois, le Real Madrid de Gento va conserver la coupe aux grandes oreilles. Quatre fois. Sacré pour la première édition en 1956, les Madrilènes vont braquer les quatre éditions suivantes : 1957, 1958, 1959 et 1960, claquant pas moins de 18 buts en cinq finales avec un génie hongrois frôlant le quintal (Puskás), un maître à jouer adepte de la mèche unique qui recouvre le crâne dégarni (Di Stéfano) et un magicien franco-polonais (Kopa). Cinq victoires de rang. C'est un record. On est au-delà de conserver son trophée, on est dans l'OPA pure et dure.

2 - FC Séville (2006-2007)


C'est la dernière fois qu'un club européen a conservé son titre sur la scène continentale. C'était déjà le FC Séville en Coupe UEFA avec son équipe de dingos : Daniel Alves, Luís Fabiano, Jesús Navas, Javier Saviola. Sur le banc, le sémillant Juande Ramos. En 2006, ce sont les Anglais de Middlesbrough qui prennent le bouillon en finale de Coupe UEFA : 4-0. Rebelote la saison suivante, avec quasiment la même équipe, même si la finale est plus disputée face aux collègues de l'Espanyol Barcelone : 2-2, victoire aux tirs au but. Deux victoires de rang, c'est fort. Très fort.

3 - AC Milan (1989-1990)


25 ans que le record dure. 25 piges qu'aucun club européen ne réussit à imiter l'AC Milan de Sacchi, à savoir conserver la coupe aux grandes oreilles. La vraie Coupe d'Europe. 1989 est l'acte I de la folie sacchienne. Le Steaua est explosé en finale en moins de 47 minutes (4-0), alors que le cadavre du Real Madrid – humilié en demi-finale (1-1, 5-0) – est encore chaud. L'AC Milan s'appuie sur des Italiens parfaits (Baresi, Donadoni, Maldini, Ancelotti) et un trio magique : Rijkaard, Van Basten et Gullit. Sacchi est tactiquement impressionnant, mais pas que. " Il faut jouer pour plaire " martèle-t-il. Et pour plaire, il faut durer. Les Italiens remettent le couvert la saison suivante, même si la finale face au Benfica Lisbonne est moins facile : 1-0. Un back to back qui fait aujourd'hui figure d'exploit.

4 - Nottingham Forest (1979-1980)


Un doublé qui porte la marque d'un homme : Brian Clough. Légendaire entraîneur de Forest qui aura eu la…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant