Top 10 : ils ont refusé un grand club

le
0
Top 10 : ils ont refusé un grand club
Top 10 : ils ont refusé un grand club

Dayot Upamecano n'a pas qu'un patronyme incroyable, il a également les choix qui vont avec. Le récent vainqueur de l'Euro U17 avec la France a signé la semaine dernière au Red Bull Salzbourg alors que Manchester United lui tendait les bras. Justifié ou non, le choix du désormais ancien défenseur de Valenciennes démontre une chose : que tout joueur a le libre-arbitre de refuser un club qui paraît plus fort sur le papier. Ou presque.

  • Juan Roman Riquelme – Manchester United (2006)


    " La seule chose que je regrette dans ma carrière est cette décision que j'ai prise lorsque, dans un hôtel en Angleterre juste avant la demi-finale face à Arsenal, Manchester United est venu me cherche et j'ai dit non. " Les aveux sont signés Juan Roman Riquelme dans le Mundo Deportivo. " Topo Gigio " est alors le meneur de jeu d'un irrésistible Villareal, épouvantail européen coaché par Manuel Pellegrini, et ne prévoit pas forcément de bouger, " très heureux avec ses coéquipiers. " L'argentin n'a pas forcément eu le nez creux puisque les hommes de Sir Alex Ferguson remporteront derrière trois Premier League d'affilée et une Champions. Dans le même temps, ce dernier est redevenu l'idole de Boca dans la Bombonera de ses premiers exploits.

  • Jérôme Rothen – Chelsea (2004)


    L'anecdote est connue. À la suite de la victoire de l'AS Monaco en demi-finale de Ligue des Champions face à ses Blues, Roman Abramovich n'a qu'une idée en tête : signer son bourreau d'un soir, Jérôme Rothen. " Where is Rothen ? Where is Rothen ? " demande-t-il dans les couloirs de Stamford Bridge. Bonne question. Dans un salon privé ou dans la salle de test anti-dopage, selon les sources. Une chose est sûre, en revanche : il n'en bougera pas, de peur de faire un coup de Trafalgar au PSG parce qu'il est trop gentil pour refuser une proposition de Chelsea. Quelques semaines auparavant, le natif de Châtenay-Malabry a donné sa parole au club francilien, réalisant ainsi son rêve de gosse. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'ailier blond ne regrette rien, comme il le confiait dans nos pages en 2010 : " Cet amour, je l'ai, et il ne s'effacera pas. Moi tu vois, le poster je l'ai, je suis dessus et on ne peut pas m'enlever, cet amour pour le PSG, c'est là et ça restera. "



  • Zico – AS Roma, Milan AC (1983)


    Le Pelé Blanc a longtemps refusé les avances des formations du Vieux Continent, au point d'atteindre la trentaine sans…









  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant