Top 10 : Highlights du PSG en Coupe de France

le
0

Huit fois vainqueur, quatre fois finaliste, le PSG est le second club le plus titré en Coupe de France, derrière l'OM. La performance est d'autant plus grande que le palmarès parisien tient sur seulement un quart de siècle. Retour sur les 10 temps forts de la relation PSG-Coupe de France.

  • Finale 2010 contre Monaco (1-0 ap) Le dernier triomphe du PSG en Coupe est une preuve du manque de vision de QSI : en 2010, c'est avec Apoula Edel en gardien titulaire qu'Antoine Kombouaré s'adjuge le trophée face à l'AS Monaco. La preuve d'un talent d'entraîneur hors normes. Profitant de tirages au sort conciliants - seulement deux Ligue 1 et zéro Ligue 2 durant la compétition - la bande à Ludovic Giuly l'emporte au bout du suspense avec un but de renard de Guillaume Hoarau à la 105e minute, à la réception d'une frappe de Christophe Jallet mal repoussée par Stéphane Ruffier. Une autre ère où Claude Makelele donnait l'impulsion décisive, et Apoula Edel sauvait son équipe face au Colombien Juan Pablo Pino en première mi-temps. Parti par la petite porte vers le championnat d'Israël, le gardien arméno-camerounais méritait en réalité une statue... #jesuisunelegende

  • Parcours 2008 : aucune L1 avant la finale contre l'ogre lyonnais Épinal (CFA), Poiré-sur-Vie (CFA2), Bastia (Ligue 2), Carquefou (CFA2), puis Amiens (Ligue 2), les Parisiens n'affrontent aucune Ligue 1 avant la finale face à la " Formule 1 " lyonnaise, dirigée par Alain Perrin. Contre la Dream Team d'Aulas, qui vient de s'adjuger le championnat haut la main, les Parisiens sont légèrement trop courts : Bourillon, Diané ou Souza, c'est sûr que cela claque moins que Benzema, Juninho ou Källström. Malgré Pauleta, malgré Luyindula, malgré Camara, c'est bien Sidney Govou qui claque le seul but du match en prolongation et permet à Alain Perrin de réussir l'exploit d'être le premier entraîneur viré pour avoir réalisé le doublé.

  • Finale 2006 contre l'OM (2-1) Remporter la Coupe de France face à son rival historique en pleine année de Coupe du monde, c'est un petit plaisir innocent que le PSG s'est offert en 2006. Devant plus de 79 000 spectateurs massés dans les travées du Stade de France, les Parisiens foutent le feu d'entrée de jeu avec une mine de Bonaventure Kalou en lucarne. Au retour des vestiaires, Vikash Dhorasoo y va de son exploit personnel pour doubler la mise. Histoire de ne pas frustrer les spectateurs et de préserver une illusion de suspense, Paris laisse l'OM...





  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant