Top 10 : Football et cocaïne

le
0
Top 10 : Football et cocaïne
Top 10 : Football et cocaïne

L'Équatorien Angulo, censé être l'un des bons coups du mercato de Grenade, s'est fait attraper pour avoir sniffé avant même d'avoir joué une seconde avec son nouveau club. Retour sur ces moments où les gens du football ont franchi la ligne blanche, entre footballeurs un peu noceurs, dirigeants véreux et gros poissards.

1. Diego Maradona


" Je ne ne me suis jamais drogué pour gagner un match ", a toujours assuré Diego Maradona. Soit, mais avec la drogue, El pibe de oro a surtout beaucoup perdu. Sa consommation frénétique aurait commencé lorsqu'il jouait à Barcelone, entre 1982 et 1984, même s'il faut attendre 1991 pour le voir contrôlé positif pour la première fois. Froidement, les policiers étaient même venus l'arrêter, le montrant menotté aux caméras du monde entier. Son idylle avec Naples prend fin, et Maradona dit adieu aux belles pages de sa carrière. En avril 2004, des années après sa retraite, il est retrouvé quasi mort après un malaise cardiaque sévère. Surdose de cocaïne, décréteront les médecins. Une cure de désintoxication, un pontage gastrique et quarante kilos en moins plus tard, il réapparaît – presque – frais comme un gardon et jure qu'on ne l'y reprendra plus. Manque de bol, trois ans plus tard, il fait un nouveau malaise et retrouve son lit d'hôpital. Encore un problème de drogue ? Non, juste trop d'alcool et l'hépatite. Une broutille, histoire de rassurer ceux qui se faisaient du souci pour lui.


2. Mark Iuliano


Avec son mètre 90 et ses interventions de costaud, il ne faisait pas bon être marqué par Mark Iuliano quand il était dans ses grandes heures. En près de vingt ans de carrière, dont la moitié passée à la Juve, le défenseur a récolté une jolie pelletée de titres – quatre Calcio, entre autres –, et était le troisième larron aux côtés de Nesta et Cannavaro lors de la finale de l'Euro 2000. Mais la fin de carrière est plus compliquée, et après son départ de Turin en 2005, il ne trouve plus sa place. Après quelques tentatives infructueuses, il s'enterre en 2008 à Ravenne, en Serie B, après six mois de chômage. Dès le mois de mai, il est contrôlé positif à la cocaïne. " J'ai disputé quelques matchs, mais mentalement, je n'y étais plus. Puis j'ai eu des problèmes personnels, et j'ai fait cette connerie avec ce contrôle anti-dopage positif à la cocaïne en 2008. Je n'ai pas cherché à me dédouaner, j'ai admis ma faute, pris mes responsabilités et payé les conséquences ", expliquera-t-il des années plus tard. Condamné à une suspension de deux ans, il ne se fait pas d'illusion et annonce sa…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant