Top 10 : Flocages approximatifs

le
0
Top 10 : Flocages approximatifs
Top 10 : Flocages approximatifs

Plus courantes qu'on ne le croît, les erreurs de flocage touchent aussi bien les stars du foot que les clubs ou les joueurs de seconde zone. Ce top 10 a donc au moins le mérite de remettre tout le monde sur un pied d'égalité, de Beckham au Téfécé.

Ole Gunnar Solskjær

Il y a des cas où l'on peut presque comprendre les erreurs d'intendance. Il faut bien avouer, par exemple, qu'Ole Gunnar Solskjær présente quelques difficultés d'orthographe : y a-t-il un tiret entre Ole et Gunnar ? Et le deuxième " S " de son nom, il se met où exactement ? En 2002, l'intendant de Man U aurait dû lui aussi se poser cette question avant de lui filer un maillot floqué " Solskjær ". Lorsque le joueur en question a permis à ton équipe de remporter la Ligue des champions trois ans plus tôt, ça le fait moyen.

David Beckham

On peut être une star montante du ballon rond, avoir marqué un but du milieu de terrain face à Wimbledon quelques mois plus tôt, avoir été nommé PFA Young Player Of The Year au début de l'été, se faire surnommer le " Spice Boy " et ne pas être à l'abri des erreurs de flocage. David Beckham en a fait l'amère expérience le 3 août 1997 lors d'un Charity Shield opposant Manchester United à Chelsea. Si les Red Devils se sont finalement imposés aux tirs au but, l'Anglais, entré à la 72e minute, se souvient sans doute encore de son maillot floqué " Beckam ". Le connaissant, on est même prêt à parier qu'il l'a conservé. Sait-on jamais : il peut avoir une belle valeur marchande en cas de banqueroute.

Sofiane Feghouli

Avant d'être le feu follet du milieu de terrain valencien, Sofiane Feghouli a galéré. Arrivé en 2010 en Espagne, l'Algérien peine à s'imposer face à Juan Mata et les indétrônables Albelda et Banega. Par chance, le mercato arrive et l'UD Almería le veut en prêt. Feghouli y voit l'occasion de se faire un nom en Espagne et, ni une ni deux, saisit sa chance. Le problème, c'est que s'il fait parler de lui, c'est sous un autre nom : les dirigeants ayant eu la bonne idée de le présenter à la presse avec un maillot floqué " Feghonli "… Nul doute que l'ancien Grenoblois a connu meilleures premières fois.

Toulouse

En Ligue 1, le TFC a lui aussi connu ce genre de mésaventures. C'était à l'été 2013, face à Bastia et certains joueurs toulousains arboraient un maillot à faire rougir de rage Triangle Interim, sponsor officiel des Violets. Et pour cause, le logo de l'agence…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant