Top 10 : Fautes de langage.

le
0
Top 10 : Fautes de langage.
Top 10 : Fautes de langage.

Aujourd'hui c'est le 393e anniversaire de la naissance de Jean-Baptiste Poquelin dit "Molière". Une date loin d'être anecdotique car, dans la littérature française, on est en droit de parler d'un avant et d'un après Molière. Cet homme de lettres, génie littéraire, a tellement marqué les esprits que l'on parle aujourd'hui de la "langue de Molière" pour évoquer le français. Malheureusement, certains footballeurs ont du mal avec elle, au point que le pauvre JB doit parfois se retourner dans sa tombe. Voici un petit florilège, en forme de top 8.

  • Abdeslam Ouaddou
    Comment ne pas commencer par Abdeslam Ouaddou ? Nous sommes en septembre 2005, Rennes vient juste de battre Auxerre à domicile, 3-1 et Ouaddou, alors défenseur du Stade Rennais, est invité à s'exprimer dans les travées du stade de la Route de Lorient sur la victoire des siens. Les pieds sur terre, Ouaddou veut calmer les ardeurs rennaises après cette belle victoire. Pour signifier qu'il ne faut pas s'enflammer, le grand défenseur utilise cette expression très connue : "Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. " Enfin, ça, c'était en théorie. La pratique n'est que merveille.


  • Franck Ribéry
    Septembre 2013, les Bleus sont en train de lutter pour se qualifier pour la Coupe du Monde au Brésil. Pas encore officiellement condamnés à disputer les barrages, les hommes de Didier Deschamps se doivent de jouer tous les matchs à fond pour espérer souffler la première place du groupe aux Espagnols. Le problème, à ce moment-là, est que Karim Benzema est en panne d'inspiration devant le but. En équipe de France, c'est la disette pour lui. En bon coéquipier, Franck Ribéry espère que cette période va tourner court pour son pote madrilène. En tout cas, c'est ce qu'il lui souhaite en conférence de presse. Du moins, qu'il essaie de lui souhaiter.


  • Geoffrey Jourdren
    Tout juste adolescent, c'est à l'INF Clairefontaine que Geoffrey Jourdren apprend à faire ses armes dans le monde du football, au sein de la promotion 87. Une génération dont se souviennent des milliers de jeunes adultes grâce à l'émission de Canal + "À la Clairefontaine". Sorte de téléréalité du foot, on suit au quotidien la formation de gamins qui se nomment Hatem, Abou, Geoffrey et bien d'autres. Interviewé sur ce...









  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant