Top 10 : champion surprise

le
0
Top 10 : champion surprise
Top 10 : champion surprise

Annoncé comme candidat au maintien en début de saison, Leicester trône au sommet de la Premier League avec 5 points d'avance sur Tottenham après 25 matchs. Et vu la forme de Mahrez, Vardy ou Kanté, on peut imaginer que Claudio Ranieri se sente apte à aller au bout. Retour sur les précédents qui peuvent donner des idées aux Foxes.

Montpellier 2012

En débarquant à Paris, QSI s'imagine que remporter le championnat ne sera qu'une formalité après avoir recruté Kevin Gameiro, Javier Pastore, Jérémy Ménez ou encore Blaise Matuidi. À la trève, les Qataris se permettent même de virer Antoine Kombouaré, pourtant premier, afin d'accélérer le projet. Aussi charismatique qu'il soit, Carlo Ancelotti ne peut cependant rien pour contrer la hype montpelliéraine en seconde partie de saison. Pourtant dérouillés à la maison 3-0 à l'aller, les hommes de René Girard viennent chercher un nul autoritaire au Parc (2-2) avant d'enchaîner les victoires sous l'impulsion de joueurs au sommet de leur art comme Younès Belhanda, Olivier Giroud, Rémi Cabella, Henri Bedimo ou même Mapou Yanga-M'Biwa. Mais plus dure sera la chute après les festivités et l'horrible crète de Loulou Nicollin. En Ligue des champions, la Paillade ne tiendra pas la route, Réné Girard se permettant même un pas très classe doigt d'honneur à l'attention du banc de Schalke 04.

Nottingham Forest 1978


On pourra dire tout ce que l'on veut de Brian Clough. Alcoolique ? Ok. Homophobe ? Possible oui. Totalement dépendant de son adjoint Peter Taylor ? Peut-être. Mais il n'en restera pas moins dans l'histoire comme l'un des meilleurs entraîneurs que le foot anglais ait connu pour sa capacité à transformer des effectifs limités en machine à gagner. Après l'exploit Derby County en 1972, le binôme Clough-Taylor remet ça lors de la saison 1977-1978 avec un Nottingham Forest qui n'a rien d'un prétendant. Promu dans l'élite de manière laborieuse, les Rouges sont un amalgame de briscards revanchards et de jeunes sans expérience. Et aussi d'inspirations de la part du staff technique, qui replace l'attaquant écossais Kenny Burns, recruté à Birmingham, comme défenseur central. Avec à la clé un titre de joueur de l'année décerné par l'association des Football Writers anglais.…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant