Top 10 : Ces marques qui n'ont pas survécu au football

le
0
Top 10 : Ces marques qui n'ont pas survécu au football
Top 10 : Ces marques qui n'ont pas survécu au football

C'est sans doute l'un des plus beaux coups de ce mercato estival, le retour à Saint-Étienne de son équipementier historique : Le Coq Sportif. Une marque qu'on a longtemps cru perdue pour la cause footballistique. L'occasion de revenir sur celles pour qui le destin n'a pas été aussi souriant

Line 7

Pas la peine de se la raconter en prononçant "laïne seven", cette marque mythique des années 80 est belle et bien française. Line 7 s'appelle même Ligne 7 à son lancement avant de s'angliciser pour des raisons évidentes d'internationalisation (complètement ratée) de la marque. Comme rien n'est laissé au hasard, le 7 est choisi car, les interdits de casino le savent bien, il est censé amener la chance. Équipementier de maillots mythiques comme l'AJ Auxerre de Cantona, le Sochaux de Sauzée ou les Girondins de Ferreri, Line 7 se fait surtout connaître pour ses souliers. Et pour cause, la marque n'est ni plus ni moins que la division football de Noël, les célèbres baskets à scratch tant redoutées par tous les enfants nés après 1982. Ceci expliquant sans doute cela. Mais pas cette affreuse baseline digne de Stéphane de Groodt : "Que la forme soit avec vous." Aujourd'hui, Line 7 ne fait plus dans le football, mais dans la chaussure de randonnées. Quand on repense aux premiers modèles de la marque, on se dit que tout ça fait plutôt sens


Meyba

On peut avoir été l'équipementier du Barça, de l'Atlético Madrid ou du Betis Séville et tomber inexorablement dans l'oubli. Pendant plus d'une dizaine d'années (de 1980 à 1992), la firme catalane brodait fièrement son logo sur la tunique blaugrana. C'est même avec un maillot Meyba que le Mes que un club remporte sa première C1 avec la mythique Dream Team de Cruijff. Meyba, pour Mestre y Ballbé, les deux fondateurs de la marque, était à la base une entreprise de maillots de bain, pour la petite histoire. Aujourd'hui, un maillot Meyba du Barça vaut une petite fortune chez les collectionneurs. Presque autant qu'un maillot Nike du Barça floqué Dehu.


Rucanor

Il fut un temps, pas si lointain, où les protège-tibias ressemblaient davantage à des jambières de CRS en interventions qu'à des plaquettes en…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant