Tony Parker espère monter en régime contre l'Espagne

le
0
Tony Parker espère monter en régime contre l'Espagne
Tony Parker espère monter en régime contre l'Espagne

Tony Parker, comment allez-vous ? Je me suis entraîné hier (samedi) et ce matin (dimanche). Ça va de mieux en mieux. J'espère que je pourrai jouer demain (lundi). Qu'avez-vous pensé du match en Espagne vendredi soir (défaite 76-85) ? C'était un gros match. Une grosse salle de 15 000 places, une bonne ambiance. On a fait un bon match, on a bien tenu, et on a un peu craqué vers la fin. Il y a eu pas mal de balles perdues en défense qui nous ont coûté cher. Mais globalement, c'est positif. Il faut continuer de faire des progrès pour essayer de les battre demain. L'Espagne, c'est toujours un adversaire spécial ? De toute façon, il faut gagner les matchs. Ce sont des matchs amicaux, mais contre l'Espagne, c'est toujours un peu particulier. Ça fait trois, quatre ans qu'à chaque fois, ce sont des gros matchs contre eux. Je pense qu'on est les deux meilleures nations sur les trois, quatre dernières années. Il faut continuer à progresser pour les battre. Entre joueurs, vous sentez que l'écart se réduit avec la Roja ? On le sait que l'écart se réduit. On l'a vu aux derniers JO quand ils avaient la grosse équipe. On menait à deux minutes de la fin. A nous de passer cette dernière marche pour enfin les battre. Après, il ne faut pas se focaliser uniquement sur l'Espagne, il y aura d'autres grosses équipes à l'Euro. Les Grecs vont être très forts, la Serbie, les Slovènes à domicile, et pas mal d'autres équipes. Sans leurs grands, ils sont obligés de jouer différemment? Ils ont quand même Marc Gasol, quelqu'un de très fort à l'intérieur. Après, c'est sûr que c'est moins dense que quand il y a Serge Ibaka, Pau Gasol, Felipe Reyes. A l'extérieur, ça reste les mêmes, ils sont très forts N'avez-vous pas envie de tenter une partie de poker menteur en amical pour mieux les surprendre en compétition ? Non. Quand on joue l'Espagne, le but c'est de gagner. Il ne reste plus que deux matchs (de préparation). On se donne à fond. Le Championnat d'Europe arrive très vite. En début de préparation, tu peux faire des essais, on a un groupe élargi. Là, on va jouer à peu près comme on va jouer au Championnat d'Europe.

« Tant que je prends du plaisir à jouer pour mon pays, je vais continuer »

En dehors de votre blessure, dans quel état de forme êtes-vous ? Je vais monter en régime. C'est clair que la saison NBA a été longue : plus de 110 matchs, on a terminé fin juin. Maintenant, j'ai tourné la page. L'important, c'est le 15-16 septembre, pour les quarts de finale. Je vais donner mon maximum pour être en forme le plus rapidement possible. Avez-vous l'impression de revoir le spectre de l'an passé (ndlr : il avait été blessé à l'?il avant la préparation des JO) ? Non, pas du tout. Ça n'a rien à voir. L'an dernier, je m'étais entraîné deux, trois fois avec l'équipe, Nico (Batum) une fois. Là, on a eu une bonne préparation. Les blessures, ce sont les hauts et les bas d'une préparation. En 2009 et 2007, je m'étais fait une entorse. Ce n'est rien de grave, ça fait partie de la préparation. Une victoire contre l'Espagne serait un bon coup de pouce pour le moral? C'est toujours bon à prendre, mais ça reste un match de préparation. Ça ne veut rien dire pour le Championnat d'Europe. On peut très bien battre l'Espagne et perdre d'entrée contre l'Allemagne. A 31 ans, vous sentez-vous toujours prêt à jouer à la fois en NBA et en Bleu ? Je me sens bien physiquement. Tant que je prends du plaisir à jouer pour mon pays, je vais continuer. Il y a une super bonne ambiance dans l'équipe. On a fait de très beaux résultats ces dernières années, ça donne envie de continuer. La dernière marche est toujours la plus dure. Il faut continuer à y croire. Que pensez-vous du niveau défensif de l'équipe ? Défensivement, c'est vrai qu'on est un peu en retard par rapport aux années précédentes. Ce n'est qu'une question d'envie. L'équipe de France a toujours été connue pour être performante dans ce domaine-là, il faut juste qu'on se remotive, que chacun fasse un effort pour mieux défendre. Un mot sur Thomas Heurtel ? Il est très bien. C'est un joueur qui a pas mal de talent, il s'adapte plutôt bien et on va en avoir besoin. L'Euro, c'est long, onze matchs, et il aura l'opportunité de montrer ce qu'il sait faire.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant