Tony Parker, en bleu et contre tout

le
0
La joie du meneur tricolore, dimanche, aux côtés de sa compagne Axelle après la finale victorieuse de l'Euro 2013.
La joie du meneur tricolore, dimanche, aux côtés de sa compagne Axelle après la finale victorieuse de l'Euro 2013.

"And the most valuable player is... Tony Parker!" ("Et le meilleur joueur est... Tony Parker", mais est-il besoin de traduire ?) Le speaker de la Stozice Arena de Ljubljana (Slovénie) a eu beau ménager le suspense, le trophée de meilleur joueur du Championnat d'Europe ne pouvait lui échapper. Lui, Tony Parker, dont le nom est inscrit en filigrane dans tous les épisodes du basket français depuis dix ans. Dont le dernier en date, la victoire de l'équipe de France à l'Euro 2013. Comme un hommage, l'ensemble des supporteurs présents dans la salle ce dimanche-là - où les supporteurs français étaient minoritaires malgré un avion affrété par la fédération - ont copieusement scandé le nom du meneur tricolore. À 31 ans, Tony Parker a gagné les trophées les plus prestigieux de la planète basket : trois fois champion NBA avec les San Antonio Spurs, sacré meilleur joueur des finales en 2007 et cinq participations au All-Star (match qui réunit les dix meilleurs joueurs NBA). Sa maîtrise du flotteur - un tir rapide en fin de course - est devenue un geste que l'on apprend dans les clubs et est imitée par les meilleurs. D'ailleurs, l'actuel meneur des Los Angeles Clippers, Chris Paul - âgé de 28 ans et l'une des références en NBA -, n'a jamais caché qu'il s'inspirait du Français. Mais Tony Parker n'est pas seulement un joueur unique devenu, comme la majorité des basketteurs américains de renom, un businessman. Il est également un gagnant,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant