Tony Estanguet heureux de pouvoir commencer au CIO

le
0
L'ÉLECTION DE TONY ESTANGUET AU CIO VALIDÉE
L'ÉLECTION DE TONY ESTANGUET AU CIO VALIDÉE

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - Le Français Tony Estanguet va pouvoir se mettre au travail à la commission des athlètes du Comité international olympique (CIO) et s'est dit soulagé de voir mercredi son élection validée par le Tribunal arbitral du sport (Tas).

Cette décision fait suite à neuf mois de blocage en raison de l'appel d'un autre candidat, rejeté par le Tas.

Le triple champion olympique de canoë avait été élu le 11 août dernier, après avoir obtenu une ultime médaille d'or à Londres, mais sa nomination avait rapidement été suspendue en raison d'un litige avec deux autres athlètes candidats.

Exclus de l'élection car accusés d'avoir outrepassé leurs droits au cours de leur campagne, le Japonais Koji Murofushi et le Taïwanais Mu-Yen Chu avaient interjeté appel devant le Tas.

L'institution basée à Lausanne avait rejeté la requête du Taïwanais mi-mars et a rendu la même décision mercredi concernant le lanceur de marteau japonais.

"Je suis soulagé, bien sûr. Je ne savais pas ce que cela allait donner. Mais moi, je savais que je n'avais rien à me reprocher. J'ai fait tout ce qu'il fallait pour essayer d'être élu", a-t-il dit par téléphone à Reuters.

"Il a fallu être patient. C'est une décision qui compte pour moi qui ait un fort attachement à l'olympisme car je sais tout ce qu'il m'a apporté", a ajouté l'ancien porte-drapeau français, en 2008 à Pékin, où il avait échoué dans la quête d'un troisième titre olympique finalement obtenu à Londres.

"Je vais continuer l'aventure en tant que membre du CIO, c'est top".

ÉCOUTER, RÉFLÉCHIR ET AGIR

A 35 ans, Tony Estanguet rejoindra au CIO deux autres Français, Jean-Claude Killy et Guy Drut. Sa nomination pour un mandat courant jusqu'aux JO de 2020 devrait être entérinée de manière formelle lors de la prochaine session du CIO, en juillet.

Le Palois, qui co-préside la commission des athlètes de haut niveau du CNOSF depuis 2011, va désormais s'atteler à la tâche au niveau international et dit vouloir avancer pas à pas.

"J'ai envie d'y aller avec beaucoup d'ouverture et beaucoup de respect pour des gens qui sont au haut niveau. J'ai envie d'être à l'écoute de ces gens d'expérience. Dans un premier temps, il faut écouter, réfléchir", a dit Estanguet.

Pour autant, il a déjà quelques idées sur les sujets sur lesquels il pourrait apporter sa contribution après douze ans au plus haut niveau durant lesquels il a aussi glané trois titres de champion du monde.

"Parmi les sujets, il y a la reconversion, la médiatisation. Moi, je n'ai jamais eu d'agent. Je pense connaître les contraintes et la réalité d'une grande majorité de sportifs", avance-t-il.

"Mais je veux voir aussi sur quels autres sujets je pourrais apporter ma contribution. Je ne veux pas arriver avec une idée arrêtée et en même temps, ces huit ans vont passer vite, il ne faudra pas trop tarder à se mettre au boulot."

Avec Olivier Guillemain, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant