Toni Musulin raconte son enfer en prison

le
4
Toni Musulin.
Toni Musulin.

Sorti libre de la prison de la Santé le 29 septembre, Toni Musulin, auteur d'un détournement de fonds spectaculaire le 5 novembre 2009, livre d'étonnantes confessions dans l'édition de Paris Match de ce jeudi. Après quatre années de détention, dont trois et demie à l'isolement, il explique pourquoi il a refusé il y a quatre mois une remise en liberté conditionnée au port d'un bracelet électronique : "Je voulais effectuer ma peine jusqu'au bout et être libre de mes mouvements à la sortie." Ce taiseux décrit une détention violente, émaillée par quelques scandales. Il a ainsi "plié" à peu près toutes les portes de ses cellules, en leur donnant des coups de pied, explique-t-il à l'hebdomadaire : "Je recevais les factures, 100 euros par-ci, 300 par-là. Je leur disais d'aller se faire foutre avec."Il lui arrive de se défouler contre son matelas et de taper dessus pendant des heures "à en avoir les phalanges coupées". Une fois, il amoche quatre gardiens qui tentaient de le calmer. "Une quinzaine de types casqués sont alors intervenus et m'ont sauté dessus. J'ai pris deux semaines de mitard. Le mitard, c'est une cage. Les plats arrivent par terre, à travers une petite grille. C'est comme pour nourrir les lions." Toni Musulin a refusé que sa famille lui rende visite en détention. "Je ne voulais pas leur imposer ça. Ils me connaissent, ils ont compris", explique-t-il. Il n'a pas pu travailler, comme tout condamné à l'isolement, mais a suivi...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • abalest1 le jeudi 17 oct 2013 à 04:12

    Pauvre choupette!

  • emresibe le jeudi 10 oct 2013 à 07:35

    moi aussi je veux bien aller en enfer pour 2.5 millions sur 5 ans!!! quelle honte cette justice.

  • M1765517 le jeudi 10 oct 2013 à 07:27

    n'inverses pas les rôles repris de justice !

  • papy988 le jeudi 10 oct 2013 à 06:48

    Et alors il a fait une co ne rie il assume point barre.