Tombeau de Jésus à Jérusalem : « Valider si c'est le bon endroit »

le , mis à jour à 06:53
0

Pourquoi en est-on venu à ouvrir le tombeau de Jésus ?

Marie-Armelle Beaulieu. Parce que l'édicule, la petite structure en marbre qui l'enserre, est très dégradé. Il avait subi en 1927 un tremblement de terre et les autorités britanniques avaient déjà, à l'époque, demandé aux Eglises de le restaurer. Aujourd'hui, à cause du taux d'humidité élevé dans le Saint-Sépulcre et des dégagements de gaz carbonique liés à l'afflux de visiteurs (NDLR : 2 millions chaque année), les experts craignaient que la pierre sur laquelle le corps du Christ a été posé ne s'effrite et c'est pourquoi il fallait ouvrir le tombeau pour vérifier son état.

 

Avez-vous pu le voir ?

J'ai eu cette chance, grâce à un moine grec orthodoxe qui m'a invitée. Voir ce rocher de ses yeux, c'est bouleversant. On est dans le lieu le plus sacré du monde chrétien, à l'endroit où Jésus a ressuscité et vaincu la mort. En termes de symbole, c'est comme un spationaute qui, après vingt ans d'attente, est enfin envoyé dans les étoiles.

 

Qu'est-ce que les archéologues espèrent trouver ?

Cette question est si cruciale et sensible que le patriarche orthodoxe, commanditaire de ces travaux, a déclaré en mai dernier que ce tombeau n'était pas un édifice archéologique et que ces pierres étaient plus que des pierres. Mais j'ai du mal à croire que l'on mobilise une trentaine de départements d'une université technique d'Athènes pour se contenter de consolider un bâtiment. En 324, quand l'évêque de Jérusalem a identifié ce tombeau comme étant celui de Jésus, aucun des témoins oculaires de l'époque n'a expliqué comment l'évêque était certain qu'il s'agissait bien du lit funéraire du Christ. Un scientifique britannique suppose qu'il y avait des graffitis dessus. Et au XVIe siècle, des religieux y auraient aperçu des morceaux de fresques. Cela fait 1 700 ans que les chrétiens viennent se recueillir sur cette tombe. Et c'est la première ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant