Tom Enders prend la tête d'EADS, Trichet entre au conseil

le
0
TOM ENDERS PREND LA TÊTE D'EADS
TOM ENDERS PREND LA TÊTE D'EADS

PARIS (Reuters) - EADS a annoncé jeudi la nomination de Tom Enders comme président exécutif du groupe, poste où il succédera à Louis Gallois, et celle d'Arnaud Lagardère comme président du conseil d'administration.

Jean-Claude Trichet, ancien gouverneur de la Banque centrale européenne, fait son entrée au conseil en tant qu'administrateur de la maison mère d'Airbus.

Tom Enders, actuel président exécutif d'Airbus, succédera à Louis Gallois à l'échéance du mandat de celui-ci, dans le cadre d'une vaste refonte de l'équipe de direction d'EADS.

Fabrice Brégier, numéro deux d'Airbus, prendra la présidence exécutive de l'avionneur et Harald Wilhelm, son directeur financier, se verra également confier le poste de directeur financier d'EADS "pour répondre au souhait de Hans Peter Ring de quitter le groupe", a également annoncé EADS dans un communiqué.

Gunter Butschek, entré chez Airbus en mars 2011 après des années passées dans le secteur automobile, remplacera Fabrice Brégier au poste de numéro deux de l'avionneur.

Marwan Lahoud est reconduit dans ses fonctions de directeur de la stratégie et du marketing.

Ce remaniement prendra effet après le vote de l'assemblée des actionnaires d'EADS prévue le 31 mai.

Les nouveaux mandats auront une duré de cinq ans.

Arnaud Lagardère, gérant commandité du groupe du même nom et actionnaire historique d'EADS, avait partagé la présidence d'EADS il y a plusieurs années dans le cadre de la gouvernance franco-allemande abandonnée en 2007.

La nomination de Jean-Claude Trichet illustre le caractère stratégique et politique d'EADS, élément-clé de la relation franco-allemande.

Elle pourrait toutefois donner lieu à des débats animés, EADS ayant régulièrement contesté ces dernières années la vigueur de l'euro résultant de la politique monétaire de la BCE.

Airbus, dans sa rivalité avec l'américain Boeing sur le marché mondial, bénéficie de la hausse du dollar, monnaie dans laquelle il facture ses avions.

Jeudi, l'action EADS a cédé 1,41% à 25,445 euros, accusant une des deux seules baisses de l'indice CAC 40, qui a fini en progression de 1,53%.

EADS a été créé en 2000 à partir d'actifs français, allemand et espagnol pour concurrencer les géants américains du secteur. Le groupe a pâti au cours de ses premières années d'existence de tensions franco-allemandes et de luttes intestines côté français.

Le président Nicolas Sarkozy et la chancelière Angela Merkel s'étaient entendus en 2007 pour mettre un terme au système de direction bicéphale, facteur de rivalités.

Reconnaissant la nature sensible des actifs d'EADS, qui comprennent des armes nucléaires françaises et des systèmes de défense allemands, il a été décidé de maintenir la rotation des quatre principaux postes entre Français et Allemands.

Lagardère possède 7,5% du capital d'EADS, l'Etat français 15% et le conglomérat industriel allemand Daimler 22,5%. Ce dernier a convenu de vendre 7,5% à l'Etat allemand, une décision critiquée récemment par Tom Enders.

Pascale Denis, James Regan, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant