Tollé contre un projet de la mairie à Paris

le
0
Les habitants du quartier proche du Père-Lachaise ,dans le XIe arrondissement de Paris, craignent la disparition d'espaces verts.

À la hauteur du 49-53, boulevard Ménilmontant (XIe), entre un bloc d'immeubles d'habitation et la basilique Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours, une parcelle de terrain fait l'objet d'un projet d'aménagement controversé. L'affaire a débuté le 17 octobre 2011. Ce jour-là, Patrick Bloche, maire PS du XIe arrondissement, présente aux habitants du quartier, une «étude», visant à construire sur cette aire dégagée 80 logements sociaux, un gymnase sur l'actuel jardin partagé qui donne sur le passage de la Folie-Regnault et un centre de valorisation d'apport des encombrants. L'accueil des riverains est pour le moins mitigé. Un collectif «Sauvons notre stade», transformé depuis en association, voit rapidement le jour et dénonce «un empilement de projets». Concrètement, le centre de valorisation des encombrants, qui serait situé au sous-sol, vise à stocker temporairement des objets avant de les faire repartir vers les centres de traitement situés en périphérie. Ni ordures ni odeurs donc. Gérard Ladoux, trésorier de l'association «Sauvons notre stade», nuance: «Personne ne parle de la nuisance sonore des allers-retours des petites voitures de ramassage des encombrants - il y a aurait six rotations par jour -, ni du surcroît de circulation sur le boulevard.»

Une action en justice

À la Mairie de Paris, on se félicite de ce projet qui va offrir aux Parisiens des équipements sportifs et des logements sociaux. Jean-Yves Mano, adjoint au logement, rappelle que le terrain de pétanque sera maintenu et que le projet conserve quasiment la surface du jardin de la basilique. «J'ai 7600 demandes de logements sociaux en attente sur mon bureau, ajoute Patrick Bloche, et nous avons fait circuler un questionnaire pour recueillir les remarques des habitants.» «On ne nous demande pas si le projet nous convient mais des détails du genre: préférez-vous un terrain de basket, de hand-ball ou de football?», s'agace encore Gérard Ladoux.

Du côté du groupe local Europe Écologie-Les Verts du XIe, si l'on salue les efforts de la mairie d'arrondissement en faveur de la construction de logements sociaux, on s'inquiète de la disparition d'un jardin partagé en pleine terre. Surtout à l'heure où la Mairie de Paris a adopté un plan d'action pour mettre un terme à la disparition de la biodiversité dans la capitale. Ils préconisent la création d'un jardin potager ouvert sur le toit du futur gymnase et insistent pour que les espaces collectifs du projet soient rendus accessibles à la population. «Près de 1300 m² d'espaces verts vont disparaître dans le cadre de ce réaménagement, prévient encore Gérard Ladoux, puisqu'il supprime la zone de verdure située à l'entrée du terrain de sport.» Le 17 décembre prochain, lors d'une réunion d'information à la mairie d'arrondissement, les résultats du questionnaire de concertation seront rendus publics.

Dans la foulée, le projet devrait être présenté au Conseil de Paris courant 2013 pour une réalisation à l'horizon 2017-2018. Le terrain appartenant à la Mairie de Paris, les riverains, qui savent avoir peu de recours, comptent bien se faire entendre (www.sauvonsnotrestade.fr), voire engager une action en justice.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant