Tolède, capitale de l'austérité et laboratoire du PP

le
0
À Tolède, les conservateurs appliquent avec quelques mois d'avance les remèdes prescrits par Mariano ­Rajoy.

Les socialistes appellent la région «le cobaye de la droite». Les conservateurs, eux, y voient «un exemple pour l'Espagne». Car la Castille - La Manche est gouvernée depuis juin 2011 par la numéro deux du Parti populaire (PP), Maria Dolores de Cospedal. Après vingt-huit ans de pouvoir socialiste, le PP a même obtenu la majorité absolue aux élections de mai. La communauté autonome, du coup, est devenue un symbole de l'alternance, et même un laboratoire du PP. À Tolède, où siège le gouvernement régional, les conservateurs appliquent avec quelques mois d'avance les remèdes que Mariano ­Rajoy pourrait prescrire à l'Espagne.

Au menu: la rigueur. Dès les toutes premières semaines, la «presidenta» a publié les chiffres et dévoilé son jeu. La région, endettée à hauteur de 6,6 milliards d'euros - 18,3% de son PIB -, est priée de se serrer la ceinture. Cospedal a annoncé fin août une diminution de 20% du budget, soit 1,8 milliard d'économies entre 2011 et 201

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant