Tokyo veut accélérer la revue d'actifs du fonds de retraite

le
0
SHINZO ABE VEUT ACCÉLÉRER LA REVUE DES ALLOCATIONS D'ACTIFS DU FONDS PUBLIC DE RETRAITE
SHINZO ABE VEUT ACCÉLÉRER LA REVUE DES ALLOCATIONS D'ACTIFS DU FONDS PUBLIC DE RETRAITE

TOKYO (Reuters) - Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a demandé à son ministre de la Santé d'accélérer la revue des allocations d'actifs du fonds public de retraite, le plus important du monde.

Le Fonds d'investissement gouvernemental de retraite (GPIF) gère l'équivalent de 1.260 milliards de dollars (925 milliards d'euros).

Shinzo Abe souhaite le voir adopter une politique d'investissement plus risquée en réduisant la part de son portefeuille consacrée aux obligations d'Etat, qui n'offrent que de faibles rendements, pour privilégier les actions.

Un responsable du GPIF cité par le quotidien financier Nikkei a laissé entendre que la part de portefeuille en actions japonaises pourrait passer de 12 à 20%.

Le ministère de la Santé, chargé de la gestion du GPIF, prévoyait initialement de boucler la revue d'allocations d'actifs du fonds en mars 2014.

Mais le ministre, Norihisha Tamura, a expliqué vendredi lors d'une conférence de presse que le chef du gouvernement lui avait demandé d'aller plus vite.

"Je pense que la revue d'allocations d'actifs du GPIF doit intervenir le plus tôt possible", a déclaré le ministre de la Santé lors d'une conférence de presse, sans donner de date.

Le président du GPIF, Takahiro Mitani, avait laissé entendre l'an dernier que le processus pourrait être achevé en décembre.

Le ministère de la Santé a terminé cette semaine une évaluation du système de retraite public qui ouvre la voie à une révision des allocations d'actifs du GPIF. L'objectif est de faire passer son retour sur investissements à 1,7% de plus que l'augmentation nominale des salaires, contre 1,6% actuellement.

Les marchés financiers mondiaux suivent avec attention la stratégie d'investissement du GPIF, un investisseur majeur considéré comme susceptible d'influencer d'autres investisseurs institutionnels nippons.

(Chikafumi Hodo et Takaya Yamaguchi; Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant