Tokyo : nouvelle batterie en surchauffe à bord d'un Boeing 787

le
1
Tokyo : nouvelle batterie en surchauffe à bord d'un Boeing 787
Tokyo : nouvelle batterie en surchauffe à bord d'un Boeing 787

Le Boeing 787 n'en finit pas avec les problèmes techniques. Un an après avoir connu de sérieux problémes de surchauffe de batterie, qui avaient conduit à interdire l'appareil de vol pendant pendant trois mois, un nouvel incident de type s'est produit sur un avion de la compagnie Japan Airlines à l'aéroport Narita de Tokyo. «Nous avons été informés d'un problème qui semble avoir impliqué la ventilation d'une seule cellule de batterie», a indiqué Marc Bitel, le porte-parole de Boeing.

L'appareil est cloué au sol depuis la découverte, lors d'un contrôle de routine avant le décollage, d'un dégagement de fumée de la batterie. Un agent de maintenance avait relevé un voyant indiquant un problème dans le système de batterie et «fumée blanche» sortant de l'appareil. Une inspection plus poussée a montré que du liquide s'était échappé d'une cellule des huit cellules d'une batterie pour fuir dans son caisson. Les passagers et l'équipage n'étaient pas encore montés à bord. Ils ont pu rejoindre Bangkok à bord d'un autre 787.

La conception des batteries déjà modifiée l'an dernier

Depuis son lancement commercial à la fin 2011, le «Dreamliner» accumule les incidents: pare-brise fissuré, risque de givrage des moteurs, freins défaillants, alertes sur une pompe d'alimentation d'un moteur, perte d'un morceau de fuselage, problème de toilettes,...

L'an passé, les surchauffes des batteries lithium-ion avaient obligé Boeing à procéder à un changement de conception des batteries, de leur chargeur et du dispositif de protection les entourant afin d'empêcher tout départ de feu. Des mesures imposées par les autorités de l'aviation américaine pour autoriser l'appareil à reprendre les airs même si Boeing avait avoué que ces modifications n'éliminaient pas à 100% le probléme. 

«Les améliorations faites sur le système de batterie du 787 l'an dernier semblent avoir fonctionné pour éviter tout départ de feu et la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9722583 le mercredi 15 jan 2014 à 09:58

    Le fait que JAL et ANA, traditionnellement attachés à Boeing, soient passé à la concurrence chez Airbus (EADS) n'est pas un hasard.