Tokyo achète 42 avions de chasse F-35 de Lockheed Martin

le
0

par Kiyoshi Takenaka

TOKYO (Reuters) - Le Japon a choisi mardi d'acheter 42 avions de chasse F-35 de l'américain Lockheed Martin plutôt que des appareils moins furtifs mais ayant fait leurs preuves au combat, dans un contexte de tensions régionales après la mort du numéro un nord-coréen Kim Jong-il.

L'issue de cet appel d'offres, attendue de longue date, revêt une importance particulière à l'heure où s'ouvre une période de transition dans l'une des régions les plus militarisées de la planète. Le Japon et les Etats-Unis ont réaffirmé lundi leur alliance en matière de sécurité.

Le F-35 était en concurrence avec le F/A-18 de Boeing et avec l'Eurofighter Typhoon, construit par un consortium européen regroupant EADS, BAE Systems et Finmeccanica.

Le ministre nippon de la Défense Yasuo Ichikawa a déclaré que la décision d'acheter la quarantaine d'appareils, dont les analystes estiment le montant à plus de sept milliards de dollars (5,37 milliards d'euros), aiderait le Japon à s'adapter à son nouvel environnement.

"Le contexte de sécurité autour des futurs avions de chasse est en pleine transformation. Le F-35 a des capacités qui peuvent fermement répondre à ces changements", a-t-il dit à la presse.

Lockheed Martin et le Pentagone ont salué la décision japonaise, affirmant qu'elle contribuerait à établir un mécanisme de dissuasion conventionnel et stratégique dans la zone Asie-Pacifique, où le statut d'héritier désigné du jeune fils de Kim, Kim Jong-un, alimente l'incertitude sur l'avenir du régime nord-coréen.

"Le Bureau du programme F-35 est impatient de pouvoir renforcer les partenariats stratégiques avec le Japon et de contribuer à l'amélioration de la sécurité dans toute la région Asie-Pacifique", a souligné le département américain de la Défense dans un communiqué.

RESSERRER LES LIENS AVEC WASHINGTON

Les spécialistes voient dans le choix du Tokyo, ébauché bien avant l'annonce du décès du dirigeant de la Corée du Nord, la volonté de resserrer les liens avec les Etats-Unis du fait des multiples inquiétudes stratégiques de l'archipel, comme par exemple la montée de la puissance militaire chinoise.

"Cela reflète la reconnaissance par le Japon, sur tout un éventail de sujets, que dans une période d'accroissement de l'insécurité, il a besoin de s'engager plus avant avec les Etats-Unis sur les questions de sécurité", juge Brad Glosserman, directeur général du Centre pour les études stratégiques et internationales (CSIS)- Forum Pacifique, basé à Honolulu.

Les groupes japonais Mitsubishi Heavy Industries, IHI Corp et Mitsubishi Electric Corp participeront à la production et à la maintenance des 42 avions, a noté le ministère nippon de la Défense.

Le quotidien Nikkei écrivait mardi dernier que Tokyo s'apprêtait à choisir l'appareil de Lockheed, rapportant que le F-35, le plus cher des trois modèles, tenait la corde en raison de ses "performances nettement supérieures".

Le choix du Japon pour renouveler la flotte vieillissante de F-4 Phantom devrait donner un coup de fouet au programme F-35 de Lockheed, qui a fait l'objet de deux restructurations au cours des deux dernières années.

Il devrait aussi augmenter les chances de voir la Corée du Sud emboîter le pas à Tokyo en choisissant à son tour l'appareil dans le cadre d'une commande de 60 avions de chasse.

Bertrand Boucey et Jean Décotte pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant