Todt veut conserver les moteurs V6 turbo hybrides

le
0
Todt veut conserver les moteurs V6 turbo hybrides
Todt veut conserver les moteurs V6 turbo hybrides

Alors que certains, dont Bernie Ecclestone, voudraient bien revenir en arrière concernant la motorisation des F1, Jean Todt a affirmé vouloir en rester aux moteurs V6 turbo hybrides actuels.

Alors que le débat sur l’avenir de la F1 à court et moyen terme fait rage, le président de la FIA, Jean Todt, est sorti de sa réserve. Pour l’ancien patron de l’écurie Ferrari, abandonner la formule actuelle, avec des moteurs V6 1,6L turbo hybrides, serait une erreur. « Si quelqu’un vient me dire que la meilleure chose à faire serait de se débarrasser de ces moteurs, je ne serai pas d’accord, affirme le président de la FIA. Ces moteurs sont trop coûteux, je suis d’accord mais c’était la meilleure chose à faire. » Jean Todt a aussi adressé une pique aux décideurs de la F1 par rapport au choix d’un V6 pour la motorisation actuelle. « Rappelez-vous de la première proposition, que j’avais acceptée, était un moteur à quatre cylindres et posait un problème car tout le monde disait ‘nous ne voulons pas quatre cylindres’. Qui a gagné les 24 Heures du Mans ? Porsche. Avec quel moteur ? Un quatre cylindres. Personne ne viendrait dire que Porsche n’est pas une grande marque et une marque sportive. »

Todt prêt à des assouplissements

Pour Jean Todt, la meilleure chose à faire pour sortir la F1 de l’ornière serait de plus communiquer sur la qualité de la technologie développée. « Je pense que nous devrions plus communiquer à ce sujet. Que ce soit mes collaborateurs, moi-même, les compétiteurs ou les médias, nous avons tous une responsabilité d’informer le public, affirme le président de la FIA. Nous devrions tous travailler comme une équipe car le sport automobile, ce n’est pas seulement les écuries, c’est nous tous. » En ce qui concerne les règles liées au moteur, qui sont très souvent critiquées, Jean Todt est prêt à des assouplissements mais rappelle que ces éléments ont toujours fait partie de la F1. « Je pense que ce moteur est une grande évolution, mais qu’il est trop coûteux. De nos jours, tout le monde dit ‘Nous n’aimons pas la course automobile car il est question de consommation d’essence, de freins et de pneus’. Lors de ma première année en tant que patron d’écurie, en 1993, nous avions eu des problèmes avec les freins, nous avions des problèmes de dégradation des pneus et nous avions le problème de gérer au mieux la consommation de carburant. Donc ce n’est pas quelque chose qui est récemment apparu, mais est-ce que cela signifie que c’est quelque chose que nous ne devrions pas prendre en compte ? »

Des pilotes mécontents car en manque de résultats

Pour Jean Todt, la principale raison derrière les critiques qui s’abattent sur la F1 vient plus d’une frustration liée à des résultats en berne depuis l’introduction de la nouvelle réglementation plus qu’à un souci avec la réglementation elle-même. « Si la réponse à ce problème était d’allouer cinq kilos d’essence de plus, je n’ai pas de problème avec ça, assure le président de la FIA. Mais, actuellement, si vous demandez à des pilotes mécontents s’ils sont heureux, ils vont vous répondre non. Mais si vous avez une discussion sincère avec eux sur ce qui les rend malheureux, ils vous répondront que c’est parce qu’ils ne gagnent pas. » Une critique à peine voilée de Red Bull Racing, dont le grand patron Dietrich Mateschitz n’a pas été tendre avec son motoriste, Renault.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant