TNT: les téléspectateurs vont être aidés pour le changement de normes

le
0

(AFP) - L'Agence nationale des fréquences (ANFR) a annoncé jeudi avoir lancé un comité de suivi et préparé un ensemble de mesures d'aides aux téléspectateurs, y compris financières, pour faciliter le changement de norme de télévision à l'occasion du transfert des fréquences utilisées par la TNT vers les télécoms.

La bande des 700 MHz est actuellement utilisée pour la diffusion des services de la télévision numérique terrestre (TNT), télévision reçue par une antenne râteau.

Mais elle sera transférée progressivement, de 2016 à 2019, aux opérateurs de téléphonie mobile, dont le trafic de données mobiles a explosé avec l'arrivée des smartphones et des tablettes. 

Ce transfert "implique une évolution des normes de la TNT, avec l'arrêt de la norme MPEG-2", qui aura lieu dans la nuit du 4 au 5 avril, "et la généralisation de la norme MPEG-4, plus récente et plus efficace", rappelle l'ANFR.

Selon l'organisme, 6% des foyers français, soit 1,7 million, étaient fin 2014 exclusivement dépendants de la réception par l'antenne râteau (TNT) et ne possédaient pas d'équipement compatible avec les chaînes à haute définition. 

Les téléspectateurs qui reçoivent la télévision par l'antenne râteau (la TNT), majoritaires en France, et ceux recevant la télévision par satellite ou câble, doivent donc vérifier si leur équipement est compatible avec les chaînes à haute définition (HD). 

Ceux recevant la télévision par ADSL ou fibre optique ne sont pas concernés par cette opération.

Pour "qu'aucun téléspectateur ne subisse d'écran noir en avril 2016", l'Etat "prévoit la mise en oeuvre d'un plan d'accompagnement", indique l'ANFR. 

Des aides financières, pour l'achat d'un adaptateur TNT, la réorientation de l'antenne râteau ou le passage à une mode de réception alternatif, sont prévues sous certaines conditions. Leur montant n'a pas encore été déterminée. 

Pour les personnes âgées de plus de 75 ans ou avec un handicap supérieur à 80%, le plan prévoit également des interventions à domicile.

Parallèlement, une campagne de communication nationale à l'attention du public sera mise en oeuvre à partir de novembre 2015.

Le comité de suivi mis en place par l'ANFR pour coordonner les différentes actions à mettre en place s'est réuni pour la première fois jeudi. Il rassemble l'ensemble des acteurs-clés du projet: ministères concernés, associations d'élus, instances de régulation, chaînes de télévision, opérateurs de multiplex, diffuseurs, opérateurs mobiles, distributeurs, installateurs, gestionnaires d'immeubles.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant