Titi Camara : "Le secret de mon accélération, je ne le donnerai qu'à mon fils"

le
0
Titi Camara : "Le secret de mon accélération, je ne le donnerai qu'à mon fils"
Titi Camara : "Le secret de mon accélération, je ne le donnerai qu'à mon fils"

Passé par l'ASSE, l'OM, Lens ou Liverpool, Titi Camara a marqué les années 90 de son accélération exceptionnelle. Aujourd'hui, il tente de rendre à son pays, la Guinée, ce que le football a pu lui offrir par le passé.

Salut Titi. Quelles sont les nouvelles ? En ce moment, j'habite en Guinée avec ma famille, mes enfants sont à l'école française. Là, je suis venu à Monaco exceptionnellement, mais c'est la première fois en 10 mois que je reviens en Europe. Quand j'y pense, je trouve ça long, je ne me suis pas rendu compte (rires).
Qu'est-ce qui t'occupe alors en Guinée ? Je donne presque tout mon temps à l'académie que j'ai créée il y a un an à Conakry, le Racing club de Guinée. On essaie de réaliser ce qui se fait dans les centres de formation en Europe, avec le même sérieux. C'est un projet assez ambitieux. L'important, c'est de donner la chance aux enfants. De leur donner le droit de rêver.
Comment se passent les débuts ? Quand on a fait la détection il y a un an il y avait 2000 enfants qui sont venus. Nous en avons gardé 90. Notre projet marche sur cinq ans : après deux ans de préformation, il y a trois ans de formation comme en Europe. On a déjà passé une saison de pré-formation, on entame la seconde avec notre première promotion. L'année dernière, à défaut d'un championnat en bonne et due forme nous avons joué trente matchs amicaux, et nous n'en avons perdu qu'un seul. J'espère néanmoins intégrer le championnat national l'année prochaine.
Pourquoi, ce n'est pas déjà le cas ? La Fédération a du mal à mettre en place la structure du championnat. On n'a pas assez de vision. Les gens sont passionnés de foot en Guinée, mais ils font les choses à l'envers. C'est ça qui est dommage.
Le plus dur en Afrique, c'est souvent de réussir à avoir les infrastructures adéquates Oui, mais en ce qui nous concerne sur ce point, tout va bien. Nous avons un titre foncier de 15 hectares. On a acheté le matériel d'entraînement, tout est à disposition des enfants. On a un siège social qu'on va inaugurer dans un mois si tout va bien. Nous avons aussi un site internet, c'est important pour avoir une bonne visibilité.
Vous avez monté des partenariats avec des clubs européens ? Non, pas pour le moment. Je cherche, je cherche (rires), il faut que je croise les bonnes personnes ! Des gens qui…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant