Tirs de mortier à Homs avant l'entrée d'un convoi de l'Onu

le
0
TIRS DE MORTIER À HOMS AVANT L'ENTRÉE D'UN CONVOI DE L'ONU
TIRS DE MORTIER À HOMS AVANT L'ENTRÉE D'UN CONVOI DE L'ONU

BEYROUTH (Reuters) - Des obus de mortier ont été tirés samedi matin sur la ville syrienne de Homs malgré le cessez-le-feu décrété pour permettre l'évacuation des civils et l'acheminement de l'aide humanitaire à la population prise au piège dans le centre-ville, apprend-on auprès des parties engagées dans le conflit.

Il n'a pas été fait état de blessés pour cet incident dont les parties se sont mutuellement accusé.

"Des groupes terroristes armés ont rompu la trêve ce matin dans le centre historique de Homs, en tirant des mortiers sur le bâtiment de la police", a déclaré le gouverneur de Homs, Talal al Barazi, selon l'agence de presse publique Sana.

Les autorités syriennes qualifient de terroristes les opposants qui luttent par les armes contre le président syrien Bachar al Assad.

Des militants d'opposition qui se trouvent à Homs accusent eux les forces du président Assad d'être à l'origine des bombardements, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG basée à Londres opposée au président syrien.

Selon l'OSDH, qui dispose d'un réseau d'informateurs en Syrie, cinq explosions ont secoué le secteur aux alentours de 08h30 (06h30 GMT).

Un convoi des Nations unies transportant de la nourriture et de l'aide médicale attendait samedi d'entrer dans le centre ville pour sa première livraison d'aide humanitaire depuis la mi-2012.

Vendredi, 83 civils ont pu être évacués de la ville. Selon les travailleurs humanitaires, certains montraient des signes de malnutrition après avoir vécu en état de siège pendant une année et demie.

Dominic Evans, Danielle Rouquié pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant