Tirs d'artillerie à Marioupol en Ukraine malgré le cessez-le-feu

le
0

(Actualisé avec précisions, contexte) * Les tirs d'artilleries ont eu lieu samedi soir tard * Poutine et Porochenko avaient estimé que la trêve tenait * La Russie promet de réagir aux nouvelles sanctions de l'UE par Gareth Jones et Aleksandar Vasovic KIEV/MARIOUPOL, Ukraine, 7 septembre (Reuters) - Les forces du gouvernement ukrainien ont essuyé des tirs d'artillerie samedi soir près du port stratégique de Marioupol dans l'est de l'Ukraine, première violation d'importance de la trêve conclue entre Kiev et les séparatistes pro-russes 30 heures plus tôt. Le président ukrainien Petro Porochenko et son homologue russe Vladimir Poutine avaient auparavant estimé que le cessez-le-feu, annoncé vendredi à Minsk en Biélorussie pour mettre fin à cinq mois de conflit, était dans l'ensemble respecté mais que des mesures supplémentaires seraient nécessaires pour le consolider. Samedi dans la nuit, un journaliste de Reuters a entendu des tirs d'artillerie prolongés vers l'est de Marioupol, puis a vu ensuite un camion, une station-service et un site industriel en feu dans un secteur situé dans les limites de la ville. Marioupol, qui compte 500.000 habitants, est située sur la mer d'Azov près de la frontière russe. Le journaliste de Reuters a également vu des camions se précipiter vers l'est transportant des membres de milices pro-gouvernementales ayant l'air agité. Des chars et des véhicules blindés de transport de troupes se dirigeaient également dans la même direction. "Il y a eu une attaque à l'artillerie. Nous avons reçu un certain nombre d'impacts. Nous n'avons pas d'information au sujet de victimes", a déclaré un officier ukrainien présent sur les lieux. Le secteur avait connu des combats intenses entre les forces du gouvernement ukrainien et les séparatistes pro-russes avant l'entrée en vigueur du cessez-le-feu vendredi soir. Depuis, la situation était calme mais de nombreux habitants et des combattants de Marioupol et de Donetsk, l'autre point central du conflit, avaient dit douter que la trêve puisse durer. Des tirs sporadiques avaient également été signalés samedi dans les faubourgs de Donetsk. SOUS L'INFLUENCE DE SATAN "C'est positif jusqu'ici, mais nous savons que (les forces ukrainiennes) en profitent pour faire venir plus d'hommes et de munitions avec l'intention de s'en prendre à nous encore plus violemment", avait commenté un cadre des séparatistes surnommé Montana. L'accord de cessez-le-feu conclu à Minsk en présence d'une délégation russe et de représentants l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) prévoit un échange de prisonniers, la création d'un corridor humanitaire et le maintien des belligérants sur leurs positions actuelles. Kiev souhaite que l'échange de prisonniers de guerre ait lieu "aussi vite que possible", a déclaré Andriy Lisenko, porte-parole du Conseil ukrainien de sécurité nationale et de défense. Selon lui, les rebelles détiennent plus de 200 Ukrainiens. Le conflit ukrainien a ravivé les craintes une nouvelle Guerre froide, l'Occident accusant Vladimir Poutine de chercher délibérément à déstabiliser l'ancienne république soviétique. Le président russe dit vouloir défendre les intérêts des Ukrainiens d'origine russe face à la discrimination et à l'oppression. Après l'annonce vendredi soir par l'Union européenne de nouvelles sanctions économiques contre la Russie pour son rôle en Ukraine, le ministère russe des Affaires étrangères a promis une "réaction" non précisée en cas de mise en oeuvre effective. Les nouvelles sanctions de l'UE pourront en effet être suspendues si Moscou retire ses troupes d'Ukraine et respecte les conditions du cessez-le-feu. Moscou a répondu aux précédentes sanctions de l'UE et des Etats-Unis en interdisant l'entrée sur ses marchés des produits agricoles de la plupart des pays occidentaux. Samedi, le Kremlin a dû essuyer de nouvelles critiques, celles du patriarche Philarète, primat de l'Eglise orthodoxe d'Ukraine, qui a affirmé que Vladimir Poutine était désormais sous l'influence de Satan et portait personnellement la responsabilité du bain de sang. L'Eglise orthodoxe d'Ukraine a rompu avec le patriarcat de Moscou en 1992 après la chute de l'Union soviétique et l'avènement d'une Ukraine indépendante. Philarète a comparé Vladimir Poutine à Caïn, personnage biblique, fils d'Adam et Eve, qui tue son frère Abel. (Jean-Philippe Lefief, Bertrand Boucey et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant