Tirer le maximum du minimum, la recette guingampaise

le
0

Guingamp n'a eu besoin que de deux tirs et de 25,4% de possession pour glaner un succès primordial dans la course au maintien à Reims samedi (0-1). Un choix assumé de la part de Jocelyn Gourvennec.

Guingamp s’est donné de l’air samedi. Son match contre Reims avait tous les atours d’un tournant dans la course au maintien et l’En Avant a ramené la victoire de son déplacement à Auguste-Delaune (0-1). Un succès qui permet aux Bretons de prendre cinq points d’avance sur sa victime du week-end, désormais relégable. « On vient de prendre six points en huit jours, c’est encore la preuve qu’il ne faut pas énerver, a souligné Jocelyn Gourvennec en conférence de presse après la rencontre. On avait perdu lourdement à Lyon (5-1) et c’était difficile à vivre. Il fallait se remobiliser derrière, retrouver plus de densité. On avait gagné contre Saint-Etienne et il fallait confirmer. Il fallait prendre au minimum un point, pour le partager avec Reims qui est dans notre zone au classement. On a eu de la réussite pour le gagner. » Difficile de contredire l’entraîneur guingampais après analyse des statistiques. 80% de passes réussies pour les Champenois contre 49% pour les Costarmoricains, 43 centres à 6 : les locaux ont copieusement dominé les débats.

Deux tirs, deux cadrés, un but

Mais les hommes d’Olivier Guégan ont péché dans la finition et eu le tort de ne pas concrétiser leur énorme temps fort en début de match. « Ça a été vraiment difficile. Reims a démarré fort, fait un très gros premier quart d’heure, où on a eu beaucoup de mal à ressortir. On subissait beaucoup, ils jouaient assez justes et mettaient beaucoup d’intensité, le public poussait beaucoup. Au bout des vingt premières minutes, j’ai choisi de changer le dispositif pour avoir plus de monde dans l’axe. On est passé en 4-1-4-1, je pense que c’était nécessaire. On a eu la chance de marquer tout de suite. » Un but sur lequel Younousse Sankharé, impliqué dans six des onze réalisations de Guingamp à l’extérieur cette saison, s’est occupé de tout. Guingamp a ainsi mis au fond un de ses deux tirs tentés (tous deux cadrés) dans ce match, qui pèsent peu par rapport aux 21 frappes rémoises. C’est seulement la quatrième fois qu’une équipe gagne en tirant seulement deux fois au but en Ligue 1 ces 10 dernières saisons (Monaco contre Bordeaux le 13 mars 2011, Auxerre face à Toulouse le 16 avril 2011 et Bastia contre Montpellier le 16 janvier dernier).

25,4% de possession, un record pour une victoire à l’extérieur depuis dix ans

L’En Avant a connu tout autant de difficultés à tenir le ballon. En s’imposant malgré seulement 25,4%, les Guingampais ont établi un nouveau record pour une victoire à l’extérieur ces dix dernières saisons en L1. Gourvennec assume la stratégie minimaliste de ses troupes. « On ne peut pas jouer Reims en ouvrant le jeu, à moins d’avoir une grosse maîtrise, mais ce n’est pas notre cas. Pour les équipes comme la nôtre, il fallait jouer intelligemment, et c’est ce qu’on a fait. »  Pour le coach guingampais, l’aventure en Ligue Europa la saison passée a aidé les siens. « Il faut être capable de réaliser ce genre de matchs de temps en temps, on a montré beaucoup de maturité dans l’organisation, s’est félicité Gourvennec. J’ai un peu reproché aux joueurs sur la première partie de saison de ne pas se servir suffisamment de leur expérience européenne de la saison dernière pour laisser passer l’orage dans ce genre de matchs et montrer moins de fébrilité. Elle nous a servi parce qu’on est resté calme malgré l’enjeu. » Elle pourrait surtout porter Guingamp dans une fin de saison qui s’annonce plus respirable après cette victoire. Même s’il ne faudra pas compter sur une telle efficacité tous les week-ends.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant