Tirage et grattage...

le
0
Tirage et grattage...
Tirage et grattage...

Suisse, Roumanie et Albanie. Ce n'est pas d'un tirage dont la France a hérité samedi, mais d'un véritable tremplin vers les 8es, voire les quarts. Avec trois adversaires accrocheurs ou revanchards mais abordables, les Bleus ne pouvaient pas recevoir mieux.

Pas la peine de se pincer pour croire à ce tirage "fastoche". Avec Didier Deschamps, la baraka s'immisce toujours entre les boules. Avec DD, samedi, on aurait même pu tomber sur les Féroé ! Du coup, ça donne trois adversaires taillés sur mesure, qui proposent sur le papier une douce montée en puissance qui s'achève sur le "gros morceau" : Roumanie puis Albanie et enfin Suisse. Quelque part, c'est un tirage très L1 qui a échu aux Bleus, avec une France très au-dessus, comme le PSG. Pour les trois autres équipes du groupe A, on pense au choix au Angers actuel pour la Roumanie (petite attaque, grosse défense), à Caen pour la Suisse (joueuse, prolixe en buts mais limitée) et au GFC Ajaccio pour l'Albanie (un drapeau, du cœur et des tripes). Or, comme on sait que Paris sera champion, la France devrait logiquement finir première. Mais gardons quand même le conditionnel en souvenir du "Jackpot, messieurs-dames !" de notre ami Gilbert Bribois après un autre tirage "fastoche" pour les Bleus au Mondial 2010.

Penser bleu de chauffe

Et puis parce que l'histoire récente des Bleus en éliminatoires et en phases de poules n'autorise aucun triomphalisme. En matchs qualificatifs, on sait que les Bleus ont souvent eu du mal à battre les "petites nations" européennes. Or, les trois adversaires des Bleus peuvent être des préposés aux traquenards les plus divers. Non pas en espérant battre la France, mais pour la faire douter, voire partager les points. L'Albanie l'a démontré à deux reprises en décrochant le nul à Rennes en 2014 (1-1) et en gagnant en juin 2015 (1-0). Bien sûr, les Bleus avaient la tête aux vacances à Elbasan… Trop tard ! Les Albanais ont engrangé de la confiance. Idem pour la Suisse : il ne faut pas se fier au 5-2 du Mondial brésilien et à sa défense trop laxiste. Il faut se rappeler que la sortie précoce du taulier axial Von Bergen à la 10e, remplacé par un piètre Senderos, avait facilité l'avalanche de buts des hommes de DD. Pour la Roumanie, le 0-0 de l'Euro 2008 n'a pas pris une ride puisque le système actuel de Iordănescu repose sur une défense de fer. Tel Lucky Luke, le commando France devra se faire à l'idée qu'il devra traverser ce Groupe A avec des barbelés sur la prairie.

L'autre risque pour les Bleus, c'est de rééditer la même erreur de suffisance du Mondial 2014. Après le 3-0…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant