Tir de barrage contre Guillaume Peltier à l'UMP

le
1
GUILLAUME PELTIER DÉSAVOUÉ PAR L'UMP
GUILLAUME PELTIER DÉSAVOUÉ PAR L'UMP

PARIS (Reuters) - Guillaume Peltier, qui a appelé à écarter Nathalie Kosciusko-Morizet de la primaire municipale de l'UMP à Paris, a été "rappelé à l'ordre" mercredi par le bureau de politique du parti, qui a "unanimement" condamné l'attaque du chef de file de "La Droite forte", selon des participants.

Le vice-président de l'UMP, qui reproche à la députée de l'Essonne de s'être abstenue lors du vote sur la loi instaurant le mariage homosexuel, a déclaré lundi sur RTL qu'il ne souhaitait pas que "NKM" soit désignée comme chef de file de l'UMP à Paris pour l'élection municipale de 2014.

La favorite des sondages a dénoncé mardi des méthodes semblables à celles du Front national - Guillaume Peltier fut membre du parti d'extrême droite - et mis en cause les tenants de la "droitisation" au sein de l'UMP.

Selon un participant au bureau politique, le président de l'UMP Jean-François Copé, qui s'était entretenu auparavant avec Guillaume Peltier, a marqué sa désapprobation totale avec les propos de l'animateur, avec Geoffroy Didier, de "La Droite forte", courant majoritaire lors des élections internes de novembre dernier.

Ni Nathalie Kosciusko-Morizet ni Guillaume Peltier n'étaient présents à la réunion hebdomadaire.

Regrettant des "tensions désolantes" à l'heure où selon lui le parti fait de nouveau montre d'unité, Jean-François Copé a estimé que les positions de Nathalie Kosciusko-Morizet "ne devaient interférer en rien avec les primaires" parisiennes.

Le premier tour de la consultation est prévu du 31 mai au 4 juin.

Le "filloniste" Philippe Goujon, président de la fédération parisienne de l'UMP, s'est élevé contre "une faute extrêmement grave", a-t-on rapporté.

Plusieurs membres du bureau, dont l'ancienne ministre Claude Greff, ont demandé à ce que Guillaume Peltier soit exclu du parti. D'autres, dont le député Laurent Wauquiez, ont souligné dans ce "tir de barrage" qu'il ne pouvait se prévaloir de l'onction des urnes, a dit un participant.

Michèle Tabarot, secrétaire générale de l'UMP, a fait valoir que l'exclusion n'était pas "la solution", Guillaume Peltier incarnant le courant majoritaire du parti.

Rompant avec le réprobation collective, Geoffroy Didier, cofondateur de "La Droite forte", a pris la défense de son partenaire.

"Les mots utilisés peuvent toujours être discutés, mais sur le fond, cela s'appelle tout simplement la démocratie. Le libre choix selon ses convictions est toujours une bonne nouvelle, et la démocratie jamais un crime", déclare-t-il dans un communiqué.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1617344 le mercredi 22 mai 2013 à 18:13

    Très très regrettable que la droite molle qui grenouille dans l'UMP cherche à éliminer Guillaume Peltier . Que la bande à NKM et les autres barons cherchent à ramollir notre formation c'est évident ; pourquoi ne rejoignent -ils pas BAyrou les militants sauraient mieux où ils habitent !! Ils feraient mieux d'analyser pourquoi tant d'électeurs potentiels risquent d'aller vers la mère le Pen qui elle aussi fa