Tir de barrage à droite contre les propos de Fillon

le
0
L'ex-premier ministre n'a reçu que des soutiens isolés ce week-end, après ses déclarations sur le Front national.

Le seul à avoir fait l'unanimité à l'UMP ce week-end, c'est Jean-Marc Ayrault. Contre lui. Le premier ministre a profité d'une Fête de la rose du PS en Loire-Atlantique pour accuser «la droite française et ceux qui prétendent être candidats à la future élection présidentielle» de «jouer avec le feu». Il leur a demandé de «clarifier» leur position vis-à-vis du FN. Réponse des intéressés - en substance -: que le chef de la majorité s'occupe de faire le ménage chez lui et renonce à toute alliance entre les socialistes et l'extrême gauche, au lieu de donner des leçons de morale aux autres.

Une position conforme au «ni Front national ni front républicain» imposé par Nicolas Sarkozy, et inscrit par Jean-François Copé dans les tables de la loi de l'UMP. En s'y attaquant, François Fillon va-t-il faire «imploser» le parti, comme les centristes l'ont p...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant