Tinkoff-Saxo : Oleg Tinkov ouvert à une vente de son équipe

le
0
Tinkoff-Saxo : Oleg Tinkov ouvert à une vente de son équipe
Tinkoff-Saxo : Oleg Tinkov ouvert à une vente de son équipe

Alors qu'il a racheté l'équipe il y a moins de deux ans, Oleg Tinkov a déclaré en marge du Tour d'Abu Dhabi qu'une vente de l'équipe qui porte son nom était une possibilité qu'il n'écartait pas.

Un deuxième changement de propriétaire à venir pour l’équipe Tinkoff-Saxo ? Rachetée par Oleg Tinkov à Bjarne Riis au début de l’année 2014, la formation russe pourrait changer de mains en cas de proposition suffisamment intéressante aux yeux du magnat russe. Une rumeur a longtemps couru dans le peloton concernant une volonté de l’ancien vainqueur du Tour de France de remettre la main sur l’équipe qu’il a fondée, mais Oleg Tinkov a nié cette possibilité. « Il ne m’a jamais contacté. Je ne pense pas qu’il ait l’argent, a déclaré le magnat russe au site australien CyclingTips en marge du Tour d’Abu Dhabi. Il a le souhait, peut-être l’obsession de revenir dans le cyclisme, mais ça le concerne. Il ne m’a jamais approché. »

Le cyclisme, une affaire d’argent pour Tinkov 

En tout cas, l’idée de vendre un jour son équipe cycliste n’effraie pas Oleg Tinkov, tant qu’il rentre dans ses frais. « J’apprécie être le propriétaire de l’équipe mais je continue de croire que faire de l’argent est ce que j’essaye de faire. J’essaye de faire du cyclisme comme je fais des affaires, je suis un homme d’affaires. Si quelqu’un vient me voir avec une proposition supérieure au montant que j’ai payé à Riis pour acheter l’équipe, alors je considérerai l’idée de vendre pour faire de l’argent. Je suis un homme d’affaires, j’ai vendu quatre entreprises avant. Je les ai montées avant de les vendre. Si j’obtiens plus d’argent, je peux vendre. » Une vision des choses qui reste unique dans le peloton professionnel. 

Pas de guerre avec ASO 

Oleg Tinkov est aussi revenu sur ses propos polémiques concernant les organisateurs du Tour de France, auxquels il a demandé un partage des revenus générés par la course avec les équipes qui y participent. Il a maintenu ses propos et se montre ferme à ce sujet. « Je ne suis pas en guerre contre ASO. Il faut une meilleure répartition des droits télé mais pas seulement. C’est tout l’équilibre financier pour l’allocation des revenus. Mais A.S.O ne doit pas avoir peur. Ce que je fais, c’est pour le bien du cyclisme. Sinon…» Rien n’indique que cette tentative d’intimidation à l’encontre des organisateurs du Tour de France parvienne à faire changer les choses.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant