Tinder "se glisse" dans la campagne présidentielle américaine

le
0
Tinder "se glisse" dans la campagne présidentielle américaine
Tinder "se glisse" dans la campagne présidentielle américaine

L'application mobile Tinder a gagné sa popularité en offrant aux utilisateurs la possibilité de choisir un partenaire potentiel d'un simple coup de pouce. Elle offre depuis mercredi l'option de faire de même avec les candidats à la présidentielle américaine. "Le mariage pour tous doit-il être conservé?", "Pour ou contre les forages aux Etats-Unis pour trouver du pétrole et du gaz?". Faire glisser vers la gauche si on n'est pas intéressé ou vers la droite en cas d'attraction: tout le concept de Tinder est appliqué aux questions politiques dans l"application "Swipe the vote" ("Fais glisser le vote") lancée pour les élections par Tinder en collaboration avec l'organisation "Rock the Vote", qui tente de mobiliser les jeunes électeurs. "Une fois que vous aurez parcouru dix des sujets les plus brûlants, vous serez associé au candidat qui correspond le mieux à vos choix", explique Tinder sur son blog. "On vous montrera aussi comment vous vous positionnez par rapport aux autres candidats. Vous pouvez ensuite partager sur les réseaux sociaux vos résultats et, encore plus important, facilement vous inscrire sur les listes électorales avec Rock the Vote", poursuit le texte. Ces explications sont illustrées d'images montrant la célèbre phrase "It's a match" qui salue sur Tinder le moment où deux personnes se sont mutuellement choisies, mais avec les visages du candidat à l'investiture démocrate Bernie Sanders et celui du milliardaire américain Donald Trump en lice du côté républicain au lieu de photos de célibataires en goguette.Sans attendre ce lancement, des utilisateurs emploie Tinder pour soutenir leur candidats, notamment avec de jeunes femmes lançant des messages de soutien à Bernie Sanders ou au républicain désormais hors de course Marco Rubio. "Nous avons été profondément surpris par le nombre d'utilisateurs qui expriment leurs opinions ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant