Tinder : l'application de rencontres qui affole le mobile

le
0
Tinder : l'application de rencontres qui affole le mobile
Tinder : l'application de rencontres qui affole le mobile

Vous avez peut-être déjà entendu parler de Tinder. Cette application de rencontres a l'un des plus forts taux de croissance de l'App Store. Tinder compte déjà plus de 750 millions de membres à travers le monde. Tous les jours, 10 millions de «matches» (profils compatibles) se forment. Un nombre qui a doublé depuis décembre 2013. 

Le postulat de Tinder est de revenir à la simplicité. Une photo de profil, soit vous aimez soit vous zappez. La «magie» de cette application, c'est de pouvoir rencontrer en un clic des personnes dans la vie réelle, qui «nous plaisent» et à proximité, via la géolocalisation.

Le système se connecte à votre profil Facebook. Si l'utilisateur «like» votre photo et reçoit un « like» à son tour, les deux membres gagnent la possibilité de voir plus d'informations et leurs amis communs mais surtout de s'envoyer des messages personnels. Dans le cas contraire, vous glissez vers un autre profil.

Loin d'un site de rencontres traditionnel, Tinder se positionne comme une activité ludique, où l'interface de l'utilisateur est la plus simple possible.

Pour Tinder, utiliser des photos sans photoshop est une condition obligatoire ? « le simple portrait ne fonctionne pas » comme l'explique l'interface de l'application. « Tout est pensé pour se concentrer sur la photo.» - note sans honte Sean Rad, le créateur de Tinder. «Aujourd'hui, on accorde une importance indéniable au physique, et ce physique détermine si l'on va apprécier le mental, - C'est comme une rencontre réelle mais plus cool », conclut-il.

Tinder a également bénéficié d'une publicité planétaire lors des JO de Sotchi lorsque ll'athlète Jamie Anderson, médaille d'or en slope style a avoué qu'elle utilisait l'appli pendant la compétition. Le nombre de nouveaux membres a grimpé de 400 % par jour à cette occasion

Jamie Anderson et sa médaille d'or à Sotchi.

Handling some business here in sochi. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant