Timochenko appelle à manifester après la pause de Kiev sur l'UE

le
0
APRÈS QUE KIEV A TOURNÉ LE DOS À L'UE, IOULIA TIMOCHENKO APPELLE LES UKRAINIENS À MANIFESTER
APRÈS QUE KIEV A TOURNÉ LE DOS À L'UE, IOULIA TIMOCHENKO APPELLE LES UKRAINIENS À MANIFESTER

par Pavel et Polityuk

KHARKIV, Ukraine (Reuters) - Ioulia Timochenko, chef de l'opposition ukrainienne emprisonnée, a appelé vendredi ses compatriotes à descendre dans la rue pour protester contre la décision du gouvernement de ne pas signer d'accord commercial avec l'Union européenne.

Kiev, a souligné le Premier ministre ukrainien, Mykola Azarov, a pris une décision "tactique" uniquement motivée par des considérations économiques en suspendant la signature d'un accord d'association et de libre-échange avec l'UE qui était prévue le 28 novembre à Vilnius, en Lituanie.

Dans le même temps, le président Vladimir Poutine, qui redoute que ce pacte n'éloigne un peu plus l'Ukraine de l'orbite de la Russie, a accusé les Vingt-Huit de se livrer à un chantage à l'égard des Ukrainiens.

L'avocat de l'égérie de la "révolution orange" de 2004-2005, Serhiy Vlasenko, a donné lecture d'une lettre de l'ex-Premier ministre dans laquelle elle écrit: "J'invite chacun à réagir à cette décision comme on le ferait pour un coup d'Etat. Sortez dans la rue!"

La décision du gouvernement ukrainien, à une semaine du sommet UE-Ukraine à Vilnius, est assortie d'une relance d'un "dialogue actif" avec Moscou. Elle n'affectera pas la stratégie globale de développement de l'Ukraine, a assuré le chef du gouvernement devant le Parlement.

Le gouvernement de Kiev a été vivement critiqué par des responsables européens, les Etats-Unis mais aussi sa propre opposition, qui a évoqué une possible procédure de destitution contre le président Viktor Ianoukovitch.

Mykola Azarov a toutefois assuré vendredi que cette décision était "la seule possible". "La décision de suspendre la signature de l'accord avec l'UE était difficile mais la seule possible dans la situation économique actuelle de l'Ukraine. La décision a été dictée uniquement par des considérations économiques et elle est tactique", a-t-il dit.

Le gouvernement va désormais concentrer ses efforts sur une relance des relations commerciales avec la Russie, premier partenaire économique et principal fournisseur de gaz de l'Ukraine, a ajouté le Premier ministre.

"PRESSIONS ET CHANTAGE"

A Saint-Pétersbourg, Vladimir Poutine a déclaré, lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, à propos de l'UE: "On a entendu des menaces dirigées contre l'Ukraine de la part de nos partenaires européens, y compris en encourageant la tenue de grandes manifestations de protestation.

"Il s'agit de pressions et de chantage. On ne saura clairement que dans les jours à venir si l'Ukraine et les dirigeants ukrainiens cèderont à ce chantage".

Les Vingt-Huit ont subordonné la signature d'un accord d'association et de libre-échange avec Kiev à la libération de Ioulia Timochenko, qui purge une peine de sept ans de prison pour abus de pouvoir.

L'Allemagne et la Lituanie ont souligné récemment que l'Ukraine devait préalablement libérer la figure de proue de l'opposition. Des émissaires européens ont fait la navette entre Bruxelles et Kiev pour tenter de trouver un compromis qui permettrait à l'opposante, qui souffre du dos, d'aller se faire soigner en Allemagne.

Le chef de l'Etat ukrainien s'est dit prêt à promulguer une loi autorisant la libération de sa rivale, à condition qu'elle ne cherche pas à échapper "à sa responsabilité pénale", ce qui supposerait qu'elle purge le reste de sa peine à l'issue de son traitement médical.

Viktor Ianoukovitch craint qu'une réhabilitation politique de Ioulia Timochenko ne compromette ses chances de réélection en 2015.

Avec Alexei Anishchuk à Saint-Pétersbourg; Bertrand Boucey et Jean-Loup Fiévet pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant