Tim Burton et le podium enchanté

le
0
Les costumes d'« Alice aux pays des merveilles », ici l'actrice Helena Bonham Carter dans le rôle de la Reine rouge, ont valu à la costumière Colleen Atwood un Oscar en 2011.
Les costumes d'« Alice aux pays des merveilles », ici l'actrice Helena Bonham Carter dans le rôle de la Reine rouge, ont valu à la costumière Colleen Atwood un Oscar en 2011.

Comme pour ses autres films, le réalisateur américain imagine dans « Miss Peregrine et les enfants particuliers », en salles le 5 octobre, des personnages aussi fantasques que leurs costumes. Son monde onirique nourri aussi les défilés de mode.

Costume à rayures noires et blanches porté par le héros Beetlejuice, du film du même nom, tenue multibrides d’Edward aux mains d’argent ; pull en mohair façon Ed Wood… on ne compte plus les costumes des films de Tim Burton qui ont traversé l’écran pour s’inviter sur les podiums ou même descendre dans la rue. D’un récent défilé de Marc Jacobs aux collections de H&M, le monde romantico-gothico-kitsch bâti depuis plus de trente ans par le réalisateur n’a cessé de nourrir le milieu de la mode. Et ce à partir des années 1990, décennie au cours de laquelle l’Américain enchaîne Edward aux mains d’argent, Batman : Le Défi, Ed Wood, Mars Attacks ! et Sleepy Hollow…

Les emprunts se manifestent parfois par de simples détails – du maquillage ou des coiffures lors d’un défilé ou d’une série mode dans un magazine. Ils peuvent aussi être plus littéraux, émanant le plus souvent de créateurs anglo-saxons qui ont digéré les films de Tim Burton comme des pièces d’une mythologie contemporaine. Et si les critiques se montrent de moins en moins bienveillants envers le cinéaste, dont le dix-huitième long-métrage, Miss Peregrine et les enfants particuliers, sort le 5 octobre, cette influence ne faiblit pas.

« Les mondes qu’il invente sont développés par une imagination unique. Nous sommes frappées par sa manière, très intuitive, de mettre en scène des histoires captivantes, avec des personnages à part. » Laura et Kate Mulleavy, de la griffe Rodarte « Toute une génération a grandi avec le monde i...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant