Tiers payant généralisé : deux Français sur trois approuvent

le
1
Tiers payant généralisé : deux Français sur trois approuvent
Tiers payant généralisé : deux Français sur trois approuvent

La dispense de frais, aujourd'hui pratiquée essentiellement chez le pharmacien, devrait être élargie aux consultations pour tous les assurés d'ici 2017, et pour les bénéficiaires de l'aide à la complémentaire santé (ACS) en 2015, selon le projet de loi santé de la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine, qui doit être présenté prochainement.

Cette généralisation du tiers payant, qui permet de ne plus avancer d'argent chez le médecin, est approuvée par une majorité de Français (66%), selon un sondage publié vendredi et réalisé par OpinionWay pour le syndicat de médecins libéraux SML. En revanche, ces derniers y sont très majoritairement hostiles (95%). Le SML, comme d'autres syndicats, est opposé à cette mesure qui, selon lui, favorisera «probablement une surconsommation de soins médicaux sans améliorer l'accès aux soins pour ceux qui en ont besoin».

Interrogés sur le médecin traitant, dispositif qui devrait être élargi aux moins de 16 ans, les Français estiment qu'il devrait être assoupli (73%), mais jugent cependant qu'il est un élément essentiel du parcours de soins coordonnés (69%) et a permis un meilleur suivi (62%) des patients. Les médecins se montrent plus sévères sur l'efficience du dispositif, seuls 42% d'entre eux jugeant qu'il a permis un meilleur suivi. Pour 78% des praticiens, la mise en place du médecin traitant est une contrainte pour la consultation de certains spécialistes.

La relance du dossier médical personnel -- carnet de santé informatique--, facilitera le travail des professionnels de l'avis de 9 personnes interrogées sur 10 et permettra une meilleure pris en charge des patients (89%). Il constitue en outre un élément essentiel du parcours de soins coordonnés (89%) et représente une source d'économies pour la Sécu (73%). L'engouement est moins partagé par les médecins. Selon eux, cet outil ne facilitera pas leur travail (44%) et n'apportera pas nécessairement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 19 sept 2014 à 08:36

    A supprimer d'urgence, c'est une des causes de la dérive financière de la SS. On donne l'impression d'une médecine totalement gratuite. Alors que payer puis être remboursé, sensibilise beaucoup plus l'individu sur le coût d'un rhume de cerveau par exemple.