Tiens, revoilà Middlesbrough !

le
0
Tiens, revoilà Middlesbrough !
Tiens, revoilà Middlesbrough !

Depuis sa relégation en 2009, après onze saisons de suite en Premier League, " Boro " avait disparu des écrans radars. Mais le finaliste de la Coupe UEFA en 2006 refait parler de lui en ce début d'année, avec une toute nouvelle place de leader de D2 et l'élimination de Manchester City sur sa pelouse au tour précédent de FA Cup. Arsenal, son opposant du jour dans la compétition, peut trembler pour de vrai.

Si la Premier League était un tableau de maître, Middlesbrough serait un de ces nombreux personnages secondaires qui font toute la puissance de l'œuvre prise dans son ensemble. Un faire-valoir discret, mais indispensable pour mettre en avant les grands noms mis en lumière plein centre, United, Chelsea, Arsenal et compagnie. " Boro ", comme on l'appelle affectueusement, pourrait avoir les traits d'un aimable courtisan fidèle et dévoué à la cause du football britannique. Quatorze saisons de participation depuis l'instauration de la Premier League, il faut bien admettre que ça légitime qu'on fasse l'effort de lui donner quelques coups de pinceau. Et parmi ces quatorze saisons, un long bail de plus d'une décennie parmi l'élite, entre 1998 et 2009. Une présence presque rassurante bien que discrète, Middlesbrough jouant parfaitement son rôle de caractère effacé mais serviable, qui avait su trouver sa place dans le tableau, à bonne distance des personnages principaux, dans cette partie de la scène que l'on nomme ventre mou. " Boro ", garant de la tradition du football britannique " d'en bas ", étendard d'une ville pas franchement belle (pour ne pas dire carrément vilaine), mais à la population tellement fière de ses héros du ballon, qu'ils soient du pays (Pallister, Robson, Ince, Parlour, Southgate ) ou d'ailleurs (Ravanelli, Juninho Paulista, Reiziger, Mendieta, Hasselbaink, Viduka ).
Climax en 2006
Une seule fois, le discret Boro est parvenu à sortir un peu de l'ombre. C'était en 2005/2006, après avoir obtenu une septième place la saison précédente, son meilleur classement en Premier League, ce qui lui avait valu de se qualifier pour la Coupe UEFA. Emmenés par une colonie de vieux loubards nommés Schwarzer, Southgate, Boateng, Viduka ou encore Hasselbaink, les prolos du Nord-Est de l'Angleterre avaient passé les tours de la compétition les uns après les autres, réalisant même quelques spectaculaires retournements de situation, éliminant après la sortie des poules successivement Stuttgart, la Roma, Bâle et le Steaua, pour se hisser jusqu'à une inattendue finale. Cette dernière s'était en revanche très mal passée, avec une violente défaite 0-4 concédée face au FC Séville de Julien Escudé au Philips Stadion d'Eindhoven le 10 mai 2006. Trois ans plus tard, à l'issue d'un dernier exercice laborieux en élite terminé à l'avant-dernière place, c'est le retour inévitable en Championship,...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant