Tiémoué Bakayoko, le Prince de la ville

le
0
Tiémoué Bakayoko, le Prince de la ville
Tiémoué Bakayoko, le Prince de la ville

Placardé par Leonardo Jardim à Monaco l'an dernier, le milieu de terrain déboule en équipe de France Espoirs avec un nouveau statut : celui de MVP du début de saison de l'AS Monaco. Deux ans après son arrivée sur le Rocher, le natif du XIVe arrondissement de Paris commence enfin à mettre à profit son immense potentiel. Entre Porsche Cayenne rose, cours de boxe, repas surprise et déprime, voilà Tiémoué lancé sur l'autoroute de la gloire. À commence sur la voie d'insertion des Espoirs.

Le jour de ses 22 ans, Tiémoué Bakayoko s'est offert le Madrigal. Comme un grand. Là, au milieu de la pelouse impeccable de Villarreal, il a marché sur le quatrième du dernier championnat d'Espagne pour emmener l'AS Monaco vers la Ligue des Champions. Le lendemain de cette probante victoire en terre ibérique (2-1), le milieu de terrain de l'ASM pensait s'offrir une petite soirée avec sa petite amie. Une belle table en bord de mer, du côté de Beaulieu-sur-Mer, était réservée. Tête à tête. C'était en tout cas le plan annoncé par sa moitié. Une fois arrivé au restaurant, "Baka" a compris le traquenard : la moitié de l'effectif l'attendait pour souffler ses 22 bougies. Parmi les convives : Nabil Dirar, Benjamin Mendy, Valère Germain, Thomas Lemar ou encore Marcel Tisserand. Une soirée, entre bonne humeur et fous rires, qui montre aussi l'importance prise par le milieu de terrain ces dernières semaines. Ce qui n'a pas toujours été le cas depuis son arrivée sur le Rocher en 2014 en provenance de Rennes. "C'est vrai que l'an dernier j'avais des performances assez irrégulières. Maintenant, il y a eu peu de matchs officiels et je ne veux pas m'emballer. J'espère que ça va durer parce que je bosse pour enchaîner les bonnes performances", lâchait-il avant d'affronter Guingamp pour le grand début de la Ligue 1. Il faut dire que l'an dernier, le numéro 14 - en référence à son arrondissement de naissance à Paris - a surtout rongé son frein. Leonardo Jardim lui réservait souvent le banc de touche quand son corps ne l'envoyait pas régulièrement à l'infirmerie. "J'ai appris de mes blessures. Je me sens bien physiquement. Le corps est le plus important. Et je connais le mien de mieux en mieux ", soulignait le milieu en janvier dernier à la sortie d'une énième blessure musculaire. Une confidence qui n'a pas bouleversé Leonardo Jardim, avec qui le courant ne passait plus.

Premier match de Ligue 1 avec Monaco, et sorti au bout de trente minutes


Dès le début de leur cohabitation monégasque, les deux hommes ont eu du mal à être sur la même longueur d'ondes. Août 2014, le technicien portugais surprend son monde lorsque, dès la première journée de L1, il lance le jeune Bakayoko en lieu et place du capitaine Jérémy Toulalan. L'expérience tourne au fiasco. Monaco lose 1-2 face à…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant