Tibet : vives tensions après la mort en prison d'un dignitaire bouddhiste

le
0
Tibet : vives tensions après la mort en prison d'un dignitaire bouddhiste
Tibet : vives tensions après la mort en prison d'un dignitaire bouddhiste

L’un des plus hauts dignitaires bouddhistes incarcérés au Tibet, Tenzin Delek Rinpoché , est décédé en prison. Sa mort a été annoncée le 13 juillet par les médias tibétains en exil. Et la tension déjà palpable au Tibet est montée d'un cran. Car les causes de son décès n'ont pas été élucidées selon Courrier International. Le journal Tibet Times parle d’empoisonnement tandis que d’autres, comme Radio Free Asia, imputent cette mort à un manque de soins, alors que l'homme avait des problèmes cardiaques. Les autorités chinoises ont refusé qu’une autopsie soit pratiquée.

Les forces chinoises paramilitaires armées ont été déployées sur place pour éviter les débordements ; la route entre les Comtés de Lithang (Litang) et Nyagchu a été suspendue, la circulation filtrée et les lignes de communication coupées ; les régions tibétaines vont donc être à nouveau plongées dans un black-out. «Depuis l’annonce de son assassinat par le gouvernement chinois le 13 juillet, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées à Lithang et à Nyagchu pour manifester», rapporte le Tibet Times, journal indépendant publié en Inde qui indique en outre que la police et l’armée ont maté «la révolte» avec des tirs à balles réelles et l’utilisation de gaz, blessant quinze personnes.

La famille voulait que le corps lui soit restitué

Selon le site France-Tibet, le corps de Tenzin Delek Rinpoché a été incinéré au matin du 16 juillet 2015, près de la prison de Chuandong à Chengdu, capitale de la province du Sichuan, voisine de la région autonome du Tibet, refusant de restituer le corps comme le demandaient les membres de la famille et la communauté internationale. « La crémation a eu lieu contre la volonté de sa famille  qui voulait récupérer le corps afin d’accomplir les rites bouddhistes funèbres dans le Comté de Lithang, province du Kham, à l’est du Tibet, dont il est originaire», avait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant