Tibet : le dalaï lama fête ses 80 ans dans son fief du nord de l'Inde

le
0
Tibet : le dalaï lama fête ses 80 ans dans son fief du nord de l'Inde
Tibet : le dalaï lama fête ses 80 ans dans son fief du nord de l'Inde

Le dalaï lama fête ce dimanche ses 80 ans à Dharamsala, capitale des Tibétains en exil, dans le nord de l'Inde, où vivent des milliers de réfugiés tibétains et où sont prévues des célébrations. Le dalaï lama est né un 6 juillet, mais son anniversaire officiel, basé sur le calendrier lunaire tibétain, tombe ce dimanche. Le prix Nobel de la Paix s'est adressé à ses compagnons d'exil et quelques personnalités indiennes dans cette ville où il vit depuis sa fuite du Tibet en 1959, après un soulèvement avorté contre le régime chinois.

«C'est un grand rassemblement qui a lieu ici avec 8.000 personnes et des dignitaires du monde entier qui sont venus participer à cette journée de célébration», explique Tsering Wangchuk, porte-parole du gouvernement en exil. Il précise que le dalaï lama a évoqué dans son discours la question de la responsabilité universelle et de la compassion. Après son allocution, le dalaï lama a déjeuné avec le public, qui a pu suivre un spectacle de danses traditionnelles ainsi qu'une prière spéciale pour le chef spirituel bouddhiste.

Officiellement en retrait de l'action politique depuis 2011, le dalaï lama appelle aujourd'hui à davantage d'autonomie pour le Tibet plutôt qu'à une indépendance formelle. Pékin, dont il reste la bête noire, l'accuse néanmoins toujours de lutter pour l'indépendance du Tibet. Au-delà des prières organisées dimanche, cet anniversaire soulève la question du bilan du dalaï lama. Le Parti communiste chinois et ses émissaires ont tenu pas moins de neuf cycles de discussions entre 2002 et 2010, sans aucun résultat notable.

Se pose également la question de l'avenir du mouvement pro-tibétain, après la disparition de cette figure unificatrice. «Que se passera-t-il après sa mort ? Les Tibétains de l'intérieur et de l'extérieur de la Chine chercheront-ils à lui trouver un successeur ? Ce sont les deux grandes questions», selon Jayadeva Ranade, spécialiste de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant