Tibéhirine : pour le père Veilleux, «les Algériens ne disent pas tout»

le
0
INTERVIEW - Le père Armand Veilleux, procureur général des cisterciens à l'époque, met en doute la version officielle mettant seuls en cause les islamistes.

LE FIGARO. - Depuis 1996, vous et les familles des moines assassinés êtes en quête de vérité. En vain, pour l'instant. Quel est votre état d'esprit face à cette pesanteur?

Père Armand VEILLEUX. -Hélas, je ne suis guère surpris. Il est à craindre que l'on ne saura jamais de façon précise tout ce qui s'est passé. La plupart des témoins de l'époque sont décédés et plus l'on avance dans le temps, plus les faits s'estompent. Il est certain que les autorités algériennes ne dévoilent pas tout ce qu'elles savent, pour éviter une mise en cause de l'armée et de ses services de sécurité. Côté français, certains n'ont pas envie non plus de revenir sur les tensions et les court-circuitages ayant opposé l'ex-DST à la DGSE. Tout semble mis en œuvre pour que cette affaire, qui em...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant