Tian : " La fierté d'une ville et de toute une région "

le
0
Tian : " La fierté d'une ville et de toute une région "
Tian : " La fierté d'une ville et de toute une région "

Frustré par le scénario du match contre Toulouse, Silvère Tian n'avait cependant qu'un mot à la bouche en conférence de presse d'après-match : la fierté d'avoir mené cette incroyable équipe d'Oyonnax jusqu'au bout parmi les meilleurs.

Silvère Tian, comment analysez-vous cette défaite ?
On va dire que c’est cruel car à part le début du match, on a mené tout le long. Et le match on le rend sur les dix dernières minutes. C’est vraiment dommage…

Vous avez manqué d’énergie en fin de match ?
Je ne dirais pas qu’on manque de gaz sur les dernières minutes. Mais on manque d’intelligence. Surtout qu’on avait réussi à prendre l’ascendant en début de seconde période, mais on ne réussit pas à marquer. Eux commencent à prendre confiance, ils viennent chez nous et marquent des points. Et sur la fin, les plaquages manqués, je ne pense pas qu’ils viennent d’un manque de gaz, c’est juste une question de technique.

« Toute la saison, on a montré qu’on ne se faisait pas dévorer »

Vous terminez cette saison avec beaucoup de regrets ?
Oui, beaucoup de regrets. On aurait pris 40 points, on se serait dit « on est venu se balader ». Mais on savait qu’on pouvait faire quelque chose sur ce match, on savait qu’on pouvait le gagner. Mais après, pour gagner un match il faut mettre les ingrédients. Il ne suffit pas le dire ou de rêver. Et sur tout le long du match, on a fait ce qu’il fallait, sauf que pendant dix minutes on sort du match et on n’est pas intelligent.

Des regrets, mais aussi beaucoup de fierté on imagine…
Oui il y a beaucoup de fierté. Tout le monde disait que le petit Oyonnax allait se faire dévorer par le grand Stade Toulousain. Je pense que sur toute la saison, on n’a montré qu’on ne se faisait pas dévorer. On voulait montrer à tout le monde du rugby qu’on avait de la fierté, peu importe la taille de la ville, c’est juste une question d’état d’esprit et de solidarité. Christophe (Urios) nous a montré qu’on avait un grand groupe, et il fallait faire quelque chose. C’est ce qu’on a essayé de faire toute la saison.

Que vous a-t-il dit dans les vestiaires ?
Je ne suis pas encore rentré au vestiaire, mais je sais ce qu’il va nous dire : « belle saison les gars, je suis fier de vous, et c’est la vie des hommes ». Il n’arrêtait pas de nous dire ça. C’est la vie des hommes… Il y en a qui viennent d’autres qui partent, mais seulement il faut qu’on se fasse confiance. Et quand on se dit les choses il faut assumer. Et nous on a assumé, et on peut être fier de ce qu’on a fait.

« Le petit Oyonnax commence à grandir »

Le regard va changer sur Oyonnax après cette saison…
J’espère qu’il n’y aura plus le même regard mais ça va être très difficile. Tout le monde va nous attendre, il n’y aura plus de surprise, et tant mieux pour nous. Le petit Oyonnax commence à grandir, et pour grandir il faut ce genre de vue sur nous, de réflexion. C’est la fierté d’une ville, d’un département, de toute une région, et surtout d’une identité qu’on a essayé de mettre tout au long de la saison. La marche était plus haute, mais on a montré qu’on pouvait la gravir. C’est dommage. Mais je suis fier de tous les supporters, de toute l’équipe, car on a montré autre chose que ce que tous les gens disaient sur nous. J’espère que l’année prochaine on grandira encore, et on essayera de faire d’Oyonnax un grand club, même si c’est une petite ville.

Avez-vous été rattrapés par l’enjeu en fin de match ?
Sur la fin, oui. On a manqué d’un peu d’intelligence et d’expérience. Mais sur tout le long de la saison et de la préparation, il y a vraiment une fierté dans ce groupe. C’est dommage que de nombreux joueurs partent et que Christophe parte aussi, parce que je pense qu’avec cette équipe et avec Christophe, l’année prochaine on serait allé encore plus loin.

Comment va se passer le retour à Oyonnax ?
Je ne sais pas comment ça va se passer. On va déjà bien savourer aujourd’hui (hier). On est à Toulouse, dans une grande ville, donc il y a déjà de quoi faire ! (rires) On va bien profiter, on va rentrer à Oyonnax, on va faire la fête avec nos supporters et toute la ville, toute la région. On essayera aussi de faire des choses entre nous afin que nos chers copains qui partent gardent toujours un bon souvenir de leur passage à Oyonnax.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant