Thorgan, entre terre et lumière

le
0
Thorgan, entre terre et lumière
Thorgan, entre terre et lumière

Thorgan, le frère d'Eden. La vie de Thorgan est ainsi faite. Doué, mais sans doute moins que son aîné, il a au moins l'avantage d'avoir plusieurs cordes à son arc. Et c'est déjà beaucoup.
Le 22 janvier dernier, Thorgan Hazard reçoit des mains d'Herman Van Rompuy le Soulier d'or du championnat de Belgique, une consécration quand on évolue en Jupiler Pro League. Plébiscité par un jury composé en grande partie de journalistes, du Nord comme du Sud du pays, Thorgan devient par la même occasion le premier joueur de Zulte Waregem à recevoir le précieux trophée. Il côtoie aussi une belle liste de noms, plébiscités précocement également : Paul Van Himst (récompensé à 17 ans), Enzo Scifo (à 19 ans), Vincent Kompany (à 19 ans), Steven Defour (à 20 ans) et Axel Witsel (à 20 ans). Mais Thorgan est surtout le frère d'Eden qui, au même âge, avait déjà réalisé le doublé Coupe-championnat avec le LOSC, été élu meilleur joueur de Ligue 1 et enchaînait les titularisations avec les Diables rouges. En même temps, cela fait déjà bien longtemps que Thorgan est habitué à être le second. Lui, le cadet qu'on marchandait à l'été 2012 dans le cadre du transfert de son aîné vers Chelsea, a donc aujourd'hui décidé de tracer sa propre route. Franck Berrier, ancien partenaire de route de Thorgan à Zulte Waregem remarquait déjà cette volonté de s'affranchir de l'aîné il y a plusieurs années : "Si vous ne connaissez pas le foot, vous pouvez ne pas savoir qu'il a un grand frère. Il n'en parlait jamais. C'était quelqu'un de super simple alors que chez nous, c'était clairement la star de l'équipe." Star sans caprice, homme discret, joueur simple, l'homme se contente de viser juste.
Le mal bleu
Comme ce 30 août de l'été 2012 où, à peine arrivé à Chelsea, Thorgan prend tout le monde à contre-pied en optant pour un prêt vers le modeste club de Zulte Waregem, un club anonyme coincé au carrefour de deux Flandres aux accents bien différents. Où il explose. "Il ne fallait surtout pas qu'il reste en Ligue 1, commence son ancien coach chez les Espoirs belges, Jean-François Rémy. Tout le monde l'attendait à cause d'Eden et il n'était athlétiquement et mentalement pas encore prêt pour l'Angleterre et ses effectifs de 40 joueurs." Un choix par défaut reste un choix et Thorgan ne sera jamais amené à le regretter. En deux ans, il devient la vedette du championnat belge, obtient sa première sélection avec les Diables rouges et serre donc la pince de son ancien Premier ministre devenu entre-temps président du conseil européen. La trajectoire n'était pourtant pas facile à deviner. Parce que...

Le 22 janvier dernier, Thorgan Hazard reçoit des mains d'Herman Van Rompuy le Soulier d'or du championnat de Belgique, une consécration quand on évolue en Jupiler Pro League. Plébiscité par un jury composé en grande partie de journalistes, du Nord comme du Sud du pays, Thorgan devient par la même occasion le premier joueur de Zulte Waregem à recevoir le précieux trophée. Il côtoie aussi une belle liste de noms, plébiscités précocement également : Paul Van Himst (récompensé à 17 ans), Enzo Scifo (à 19 ans), Vincent Kompany (à 19 ans), Steven Defour (à 20 ans) et Axel Witsel (à 20 ans). Mais Thorgan est surtout le frère d'Eden qui, au même âge, avait déjà réalisé le doublé Coupe-championnat avec le LOSC, été élu meilleur joueur de Ligue 1 et enchaînait les titularisations avec les Diables rouges. En même temps, cela fait déjà bien longtemps que Thorgan est habitué à être le second. Lui, le cadet qu'on marchandait à l'été 2012 dans le cadre du transfert de son aîné vers Chelsea, a donc aujourd'hui décidé de tracer sa propre route. Franck Berrier, ancien partenaire de route de Thorgan à Zulte Waregem remarquait déjà cette volonté de s'affranchir de l'aîné il y a plusieurs années : "Si vous ne connaissez pas le foot, vous pouvez ne pas savoir qu'il a un grand frère. Il n'en parlait jamais. C'était quelqu'un de super simple alors que chez nous, c'était clairement la star de l'équipe." Star sans caprice, homme discret, joueur simple, l'homme se contente de viser juste.
Le mal bleu
Comme ce 30 août de l'été 2012 où, à peine arrivé à Chelsea, Thorgan prend tout le monde à contre-pied en optant pour un prêt vers le modeste club de Zulte Waregem, un club anonyme coincé au carrefour de deux Flandres aux accents bien différents. Où il explose. "Il ne fallait surtout pas qu'il reste en Ligue 1, commence son ancien coach chez les Espoirs belges, Jean-François Rémy. Tout le monde l'attendait à cause d'Eden et il n'était athlétiquement et mentalement pas encore prêt pour l'Angleterre et ses effectifs de 40 joueurs." Un choix par défaut reste un choix et Thorgan ne sera jamais amené à le regretter. En deux ans, il devient la vedette du championnat belge, obtient sa première sélection avec les Diables rouges et serre donc la pince de son ancien Premier ministre devenu entre-temps président du conseil européen. La trajectoire n'était pourtant pas facile à deviner. Parce que...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant