Thomson Reuters confirme ses objectifs malgré les incertitudes

le
0
 (Actualisé avec précisions) 
    28 juillet (Reuters) - Thomson Reuters  TRI.N   TRI.TO  a 
confirmé jeudi ses objectifs annuels malgré une incertitude 
accrue de ses clients financiers sur l'environnement économique 
et a fait état d'un chiffre d'affaires trimestriel étale à taux 
de change constants.  
    Le groupe d'informations financières et de nouvelles a 
dégagé un bénéfice net de 350 millions de dollars (316 millions 
d'euros) au deuxième trimestre, soit 45 cents par action, contre 
281 millions de dollars et 33 cents par action un an auparavant. 
    Hors éléments exceptionnels, le bénéfice ressort à 50 cents 
par action contre 49 cents attendu par le consensus des 
analystes interrogés par Thomson Reuters I/B/E/S.  
    Thomson Reuters, maison mère de Reuters News est en 
concurrence avec Bloomberg et Dow Jones, filiale de News Corp 
 NWSA.O  pour la fourniture d'informations et de données 
économiques et financières aux professionnels de la finance.  
    Malgré la volatilité des marchés financiers et le vote 
britannique inattendu en faveur d'une sortie de la 
Grande-Bretagne de l'Union européenne, Thomson Reuters a 
confirmé sa prévision d'une croissance organique positive de son 
chiffre d'affaires sur l'exercice en cours.  
    "De nombreux clients se préparent à des éventualités 
multiples tout en étant prudents avant de savoir ce qui va se 
passer", a dit le directeur général du groupe Jim Smith lors 
d'un entretien.  
    Les facturations de la division Financial & Risk, qui 
regroupe les produits d'information et d'analyse destinés au 
secteur des services financiers et représente environ la moitié 
des facturations totales du groupe, a enregistré des ventes 
nettes positives pour le neuvième trimestre consécutif.  
    Le chiffre d'affaires de cette division a toutefois reculé 
de 2% à 1,52 milliard de dollars, un plus grand nombre 
d'entreprises qui distribuent leur contenu via les systèmes de 
Thomson Reuters ayant décidé d'en assurer la facturation en 
direct.  
    Des analystes craignent que l'incertitude liée au Brexit ait 
des implications négatives pour l'activité Financial & Risk qui 
réalise 43% de ses facturations en Europe, selon une estimation 
publiée en juin par TD Securities.  
    "Il ne fait aucun doute que nous anticipons qu'il y aura une 
pression continue sur les effectifs dans le secteur bancaire 
européen, y compris au Royaume-Uni, et cela exercera une 
pression sur l'activité des terminaux" a dit Smith.  
    L'incertitude est aussi l'occasion pour Thomson Reuters de 
montrer à ses clients qu'il crée de la valeur en leur apportant 
les nouvelles et les réponses dont ils ont besoins, a-t-il 
ajouté.  
    Le chiffre d'affaires est resté étale à 2,77 milliards en 
données publiées et resort en baisse de 1% après prise en compte 
des effets de change. Les analystes s'attendaient en moyenne à 
un chiffre d'affaires de 2,83 milliards, selon le consensus 
Thomson Reuters I/B/E/S.  
    Les revenus des divisions Tax & Accounting dédiées aux 
professionnels du droit et du chiffre ont reculé de 1% en 
données publiées mais s'inscrivent en légère progression hors 
effet de change.  
    Thomson Reuters a annoncé le 11 juillet un accord en vue de 
la cession de sa division Sciences & Propriété Intellectuelle 
aux fonds de capital-investissement Onex  OCX.TO  et Baring 
Private Equity Asia pour 3,55 milliards de dollars.  
    Jim Smith a dit s'attendre à ce que l'opération soit bouclée 
d'ici la fin de l'année.  
    Le produit de la cession sera consacré à des rachats 
d'actions, au remboursement de la dette et aux investissements.  
    Le titre recule 1,55% à 42,67 dollars vers 14h40 GMT à Wall 
Street. 
 
 (Jessica Toonkel, Marc Joanny pour le service français, édité 
par Juliette Rouillon) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant